Le corail est en souffrance

Photo Réserve marine

Depuis les fortes pluies entraînées par la saison cyclonique, les sols sont saturés et les récifs coralliens étouffent. Conséquence directe des coulées de boue, charriant nutriments et polluants mortels pour les coraux. La situation n’est cependant pas irréversible, à condition que les conditions environnementales s’améliorent rapidement (Photo Bruce Cauvin/Réserve marine).

"Les coulées de boue récentes ont impacté l’ensemble des récifs coralliens de la côte Ouest et Sud de La Réunion, de Saint Gilles les Bains à Saint Pierre" relate la Réserve Naturelle Marine. Dans le cadre de ses missions scientifiques, les équipes de la Réserve étudient l’état de santé des récifs depuis 20 ans. Selon leurs récentes expertises, ce sont ceux de Saint-Leu et de Saint-Pierre qui ont été davantage touchés par ces phénomènes récents. Si l’Étang-Salé et Saint-Gilles ont également été impactés, ils ont été un peu plus épargnés.

Mais, concrètement, qu’est ce qui a autant abîmé les coraux ? "La boue et la vase provoquées par les épisodes météorologiques exceptionnels charrient des nutriments et des polluants qui peuvent avoir un impact direct sur la faune et la flore marine, en entrainant la mortalité de coraux mais aussi de poissons et autres organismes marins" précise la Réserve.

Des algues vertes peuvent aussi se former sur les coraux, "ce qui est dramatique également". Car les coraux sont des animaux vivant "en symbiose avec des algues microscopiques (les zooxanthelles) présentes dans leur organisme". Ces algues permettent de fournir aux parties animales du corail - appelées les polypes - jusqu’à 80 % de leur besoin en énergie par un processus de photosynthèse. La photosynthèse est donc vitale aux coraux et "l’opacité de l’eau en cas de vase l’empêche". Mais cette situation n’est pas irréversible, "si les conditions environnementales s’améliorent rapidement".

- Les récifs peuvent récupérer leur vitalité -

Car ces milieux naturels ont "une forte capacité de résilience". Dans le passé - suite à ce genre de phénomènes naturels - les scientifiques ont déjà observé une reprise de la vitalité corallienne. Cependant, ce type d’événement exceptionnel reste "préoccupant" pour un gestionnaire d’espace naturel sensible tel que la Réserve Naturelle Marine. Mais chacun peut agir pour apporter un petit coup de pouce au corail péi ! "Les activités humaines comme la déforestation et l’urbanisation aggravent cette érosion naturelle et accentuent ces problématiques de coulées de boue" affirme la Réserve.

En 1989, le passage du cyclone Firinga avait fortement impacté les récifs coralliens de lîle, notamment à Saint Leu où les scientifiques estimaient alors "une destruction des récifs coralliens à plus de 90%". Quelques années plus tard, ils ont ensuite noté que ces récifs avaient récupéré une bonne partie de leur vitalité. La Réserve reste donc confiante : "Ça nous donne de l’espoir pour le milieu récifal, suite aux événements récents et comparables, sur la durée, à l’impact d’un gros cyclone".

www.ipreunion.com

 

mots clés de l'article : coulées , fortes pluies , Réunion , saison cyclonique , La Réunion , récifs coralliens , boue , Actu , conditions , Actus Reunion , sols , polluants

à voir également en vidéo

suivez-nous