Réunion par Imaz Press, mercredi 19 mai 2021 à 11:05
Dernière séance plénière

Conseil départemental : "les finances sont saines" déclare Cyrille Melchior

image description
image description

Cyrille Melchior, président du Conseil départemental, a animé ce mercredi 19 mai 2021 la dernière séance plénière de la mandature, marquée par l’examen du compte administratif et du compte de gestion 2020. "Les finances départementales sont saines" a déclaré Cyrille Melchior. (Photos rb/www.ipreunion.com)

Dernière séance plénière de la mandature pour Cyrille Melchior. En cette fin de premier semestre, le président du Conseil départemental a procédé à l’examen du compte administratif et du compte de gestion 2020. L'année a été "marquée notamment par la recentralisation par l’Etat du RSA, ce qui a permis à notre collectivité de dégager, comme je l’avais annoncé, des marges de manœuvre financière nouvelles" a-t-il commencé.

"Nous avons ainsi réussi à mener de front nos engagements politiques prioritaires avec notamment la mise en place de l’expérimentation du RSA, la mise en œuvre des orientations stratégiques du Plan Sénior, la déclinaison du plan AgriPéi, la poursuite du Pacte de Solidarité Territoriale, la contractualisation avec l’Etat dans le cadre de la stratégie de prévention et de protection de l’enfance ou encore l’élaboration du Plan de Transition Ecologique et Solidaire" se félicite-t-il.

Autre fait bien évidemment central : la crise Covid-19 et ses "conséquences lourdes pour les travailleurs, les demandeurs d’emploi, ainsi que certains secteurs comme le tourisme, la restauration, l’événementiel, le sport ou encore la culture. A tous les acteurs économiques du territoire, je tiens à exprimer à nouveau toute notre solidarité et mes vœux de prompt redémarrage et de retour à la normalé" a déclaré Cyrille Melchior.

En cette session de clôture, le président du Département a tenu à saluer la mémoire de Willy Jockey, agent du service courrier du Département, récemment disparu. "Beaucoup d’entre nous connaissaient ce jeune homme rayonnant par son professionnalisme, sa bienveillance et son humanité. A sa famille et à ses proches, je renouvelle nos plus sincères condoléances."

- "Force de résilience de nos agents" -

Cyrille Melchior a tenu à s'adresser aux 5.000 agents du Département. "Nous avons pu mesurer, durant ce mandat difficile, la grande force de résilience de nos agents, leur esprit d’ingéniosité et d’inventivité qui leur a permis de répondre aux besoins croissants et légitimes de la population."

Concernant le volet agricole, "je pense aussi au PST qui a permis de renouveler le nécessaire partenariat entre le Département et les communes. Ce partenariat a permis d’engager près de 90 millions d’euros entre 2018 et 2020 pour des projets d’investissement de proximité, ainsi que pour la mise en œuvre d’actions sociales innovantes à l’échelle des territoires telles que le portage de repas, la mise à disposition d’un véhicule dédié au déplacement des plus vulnérables ou encore l’aide au financement du permis de conduire pour les jeunes" a rappelé Cyrille Melchior.

Ce partenariat permet aujourd’hui de lancer "la seconde génération du Pacte de Solidarité Territoriale, d’un montant total de 100 millions" a-t-il ajouté.

Le président du Département a mis l'accent sur "la mise en œuvre du Plan de Transition Ecologique et Solidaire que nous avons validé en début d’année" : "ce plan inscrit résolument notre Département dans une démarche d’innovation sociale, économique, écologique et sociétale avec comme mesure emblématique le plan 1 million d’arbres".

Sur le plan social, Cyrille Melchior a appelé à mobiliser "les forces vives de proximité que sont les CCAS et les acteurs associatifs des quartiers. En ce sens, le Département souhaite apporter des réponses structurantes au travers de deux appels à manifestation d’intérêt, dotés d’une enveloppe de 4,6 millions d’euros."

- "Les finances sont saines" -

"Comme vous avez pu le voir en fin d’année 2020 avec le vote du budget primitif 2021, les finances départementales sont saines, marquées par un rétablissement significatif de nos fondamentaux financiers à notre dernier compte administratif" a affirmé le président. Le rapport financier du Département présente les montants mandatés en 2020 en dépenses réelles qui s'élèvent à 1.080.393.171,83 euros dont 884.276.803,72 euros en fonctionnement et 196.116.368,11 euros pour la section d'investissement. Pour le président, "c'est cette force du collectif qui a permis de construire ce budget responsable et de regarder sereinement vers l’avenir".

"Cette gestion exemplaire nous permet de présenter aujourd’hui, sans recours additionnel à l’emprunt, un budget supplémentaire de 101 millions d’euros qui sera principalement affecté au plan départemental de relance économique et sociale." Ce budget supplémentaire permettra une dépense supplémentaire de 5 millions d'euros au titre du pass bien-être et reconstruction et de 2 millions d'euros d'ajustement sur le charges de personnel. Il permettra aussi d'augmenter les dépenses liées aux aides. Plus 1,8 millions d'euros pour les aides et primes exceptionnelles Covid-19 à destination du personnel SAAD (Service d'aide et d'accompagnement à domicile), plus 1,6 millions d'euros concernant les aides de résilience aux étudiants en mobilité affectée par la crise sanitaire et pour finir 1,5 milliosn d'euros pour les aides de relance auprès des exploitants agricoles et pour faire face aux évènements climatiques. Le Département dédie 1,5 millions d'euros "propres" à des appels à projets dans le domaine de l'accompagnement social à l'insertion et dans le cadre de la stratégie pauvreté. Regardez l'interview de Cyrille Melchior sur les points abordés lors de la séance plénière ce mercredi 19 mai 2021

- Deux motions adoptées sur le handicap et la dengue -

Lors de cette séance plénière le Département a adopté 2 motions. La première liée à "l'Assemblée nationale sur la scolarisation des enfants en situation de handicap à la Réunion" et la seconde relative à la lutte contre la dengue sur notre île. La collectivité accompagne au quotidien "1 950 élèves et étudiants handicapés dans son domaine de compétence en assurant leur transport vers leur lieu de scolarisation pour un montant total de 5,2 millions d’euros". "Considérant l’absence de réponse de l’Etat suite à la motion du conseil départemental du 28 aout 2019 et la détérioration de la situation depuis, les élus signataires, préoccupés par la situation réunionnaise, demandent à l’Etat avant la rentrée scolaire 2021-2022 de prendre en urgence, des dispositions spécifiques de rattrapage afin de desserrer les tensions chroniques liées à la mise en œuvre des parcours scolaires et éducatifs des jeunes en situation de handicap sur notre territoire (IME, SESSAD, ULIS-collège/lycée,..). De garantir à chaque enfant réunionnais, qu’il soit en situation de handicap, malade ou avec des troubles qui le place en grande difficulté scolaire, et à ses parents le droit à une place en classe ordinaire, en classe adaptée ou en établissement spécialisé conforme à ses besoins. D'assurer les formations requises aux enseignants en charge de la scolarisation inclusive, afin de permettre à la fois des dépistages des situations de handicap le plus tôt possible lors de la scolarisation et des enseignements adaptés aux besoins de chaque enfant. D’agir en urgence pour professionnaliser et renforcer les effectifs d’accompagnement des élèves en situation de handicap (AESH) sur notre territoire pour que chaque enfant dans le besoin trouve une réponse efficace lui permettant de bénéficier véritablement d’une scolarisation inclusive" indique le Département.

La proportion de patients affectés par une forme sévère de la dengue avoisine les 21% selon le Départment. C'est ainsi que les élus appellent l'Etat à agir. "Les élus du Conseil départemental rappellent à l’Etat sa responsabilité en matière sanitaire et plus spécifiquement en matière de dengue dans la lutte contre les gîtes larvaires. Ces derniers rappellent l’engagement volontariste du Département de La Réunion en matière de lutte contre la propagation du moustique, à travers notamment la lutte contre les gîtes larvaires via la SPL Edden et l’accompagnement financier des EPCI dans cette politique de lutte."

Les élus "demandent à l’Etat d’assumer pleinement ses responsabilités en matière sanitaire, de mobiliser tous les moyens humains et matériels nécessaires à la lutte contre cette épidémie compte tenu des impacts sur tous les Réunionnais des plus jeunes aux plus âgés et de financer, notamment, des emplois aidés à l’image du "Plan Ravine" qui a permis de lutter contre l’épidémie du chikungunya en 2006. Ainsi, les élus du Conseil départemental demandent à l'Etat "d’engager une vaste campagne de communication en direction de la population réunionnaise à travers deux axes : d’une part, rappeler les symptômes de la dengue et les risques sérieux de cette épidémie sur la santé des Réunionnais, et d’autre part, informer sur les bons gestes à avoir afin de lutter efficacement contre la propagation des gîtes larvaires. Lors de la séance plénière les élus ont exigé une conférence territoirale de l'action publique "afin de bâtir une stratégie partagée de lutte efficace contre cette épidémie".

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : département , budget , finances , actualités de la réunion , Actus Reunion , Conseil départemental Actualité

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis