Cinq palangres déployées à Saint-Leu

Surfeur tué par un requin : les circonstances de l’attaque seront communiquées le lundi 13 mai

Les circonstances de l’attaque de Kim Mahbouli, tué par un squale ce jeudi 9 mai 2019, sont en cours d’analyse et seront communiquées lundi 13 mai 2019, annonce le CRA (Centre de ressources et d’appui pour la réduction du risque requin). Par ailleurs, en accord avec le dispositif post-attaque, 5 palangres verticales ont été installées à Saint-Leu, autour de la zone où a du lieu l’attaque. Le CRA précise aussi que le nouveau sonar de détection des requins n’était pas opérationnel au moment de l’attaque. (Photo d’illustration RB/www.ipreunion.com)

Cinq palangres verticales ont été déployées autour de la zone de l'attaque à Saint-Leu. Les pêcheurs se seraient rendus sur place dès 8h30 ce vendredi 10 mai 2019. Ces palangres sont munies d'alertes automatiques de capture (PAVAC) : lorsqu'un requin est capturé, un message est envoyé aux pêcheurs.

Le dispositif post-attaque prend effet après décision de la préfecture, il prévoit "la réalisation d’opérations de pêche ciblées aux alentours immédiats du lieu de l’attaque (1 mile nautique) pour une durée de 72 heures", explique le CRA (Centre de Ressources et d‘Appui pour la réduction du risque requin) dans un communiqué ce vendredi 10 mai 2019.

Les pêcheurs mandatés par le Centre de Ressources et d‘Appui pour la réduction du risque requin (CRA) ont déployé dès 8h30 ce matin 5 palangres verticales munies d’un dispositif d’alerte de capture (PAVAC) aux alentours de "La Gauche" de Saint-leu et du spot de "La Tortue". Pour l’heure, aucune alerte de capture n’a été signalée. Les pêcheurs restent mobilisés.

Par ailleurs, une analyse détaillée des circonstances de l’attaque est en cours de réalisation par le CRA, qui s’est rendu à nouveau sur zone ce vendredi 10 mai, dans la matinée. Elle sera publiée lundi 13 mai 2019 dans la journée et fera l’objet d’une communication.

Lire : Saint-Leu : surfeur expérimenté, Kim a été tué par un requin

Cette mise en place de palangres fait suite à l'attaque de Kim Mahbouli, un surfeur confirmé de 28 ans. Il est mort ce jeudi 9 mai 2019 après s'être fait attaqué à Saint-Leu. Il a eu la jambe arrachée. Ramené au port de Saint-Leu par les secours, il n'a hélas pas survécu à ses blessures.

Le nouveau sonar n'était pas opérationnel

Le sonar, testé durant quatre mois en vue de la sécurisation de "La Gauche" de Saint-Leu face au risque requin, a été installé en mer le 29 avril dernier dans le lit de La Grande ravine. Selon le CRA, il n’était pas opérationnel au moment de l’attaque et ne s’inscrit pas encore dans un dispositif complet de surveillance et d’alerte, mobilisant des moyens humains et techniques complémentaires en cours de définition.

En phase de test, le sonar, installé à 100 mètres du littoral, est relié par câble aux opérateurs en surface sur un bateau. La forte houle de ces derniers jours n’a pas permis aux équipes techniques de se déployer pour effectuer des tests.

Lire aussi : "Sonar Seapix" : un nouveau dispositif pour repérer les requins à Saint-Leu

www.ipreunion.com

mots clés de l'article : attaque , saint-leu , requin , dispositif , requins , actualités de la réunion , Crise requins , palangres , post-attaque , Actus Reunion

dossier associé