Réunion par Imaz Press, vendredi 1er septembre 2023 à 12:59

Chips, bonbons et air dans les emballages : "Shrinkflation" : vendre du vide... c’est bientôt terminé, Bruno Le Maire serre la vis

image description
image description

Imaz Press vous en parlait il y a de cela deux mois, le vide se trouve dans une grande partie des produits que l’on achète, notamment dans l’alimentaire. Un vide qu’avaient d’ailleurs dénoncés Footwatch et Zéro Waste France – lançant même un ultimatum à cinq grandes marques. Mais cette pratique – appelée "shrinkflation" devrait bientôt être terminée, puisque le ministre de l’Économie Bruno Le Maire l’a annoncé, il entend s’attaquer à cette pratique. (Photo photo RB/www.imazpress.com)

Interrogé dans le JT de 13 heures de France 2 ce jeudi 31 août, le ministre a annoncé que les fabricants auront désormais l'obligation légale d'informer les consommateurs et consommatrices lorsque la quantité de contenu a baissé mais pas son prix.

"Quand je vois un Kiri, par exemple, qui faisait 15 grammes et finalement il fait 14 grammes, mais c’est le même package et c’est le même prix. On garde le même package, il y a moins de contenu et on vend au même prix voire à un prix supérieur. Nous lutterons contre ces pratiques trompeuses, contre ces pratiques abusives. Je saisirai le Conseil national la consommation et il y aura l’obligation, là aussi légale, pour les industriels de faire figurer le changement de contenu lorsque le contenu a baissé et que le prix reste le même."

Pour rappel, il a déjà été saisi par la ministre déléguée chargée des PME, du commerce, de l'artisanat et du tourisme Olivia Grégoire pour réaliser une enquête sur cette pratique.

Une initiative similaire à celle annoncée par la cheffe de file des députés Insoumis Mathilde Panot, ce jeudi, de déposer une proposition de loi pour lutter contre cette pratique. Elle propose ainsi que soit considéré comme trompeur, et donc interdit, le fait de "réduire la quantité" d'un produit "pour un prix équivalent ou supérieur sans clairement en informer le consommateur".

"Cette pratique déloyale provoque au mieux une multiplication de déconvenues aussi surprenantes que désagréables lorsque le consommateur s'en rend compte. Au pire, elle accroît les difficultés financières de millions de Français", dénonce le texte de LFI.

- Une victoire pour Foodwatch -

Une véritable victoire pour Foodwatch qui avait dénoncé cette pratique trompeuse pour les clients. Dès septembre 2022, foodwatch avait démontré, enquête à l’appui, qu’une réduction de taille de 10 à 20% d’un produit permettait, l’air de rien, de réaliser de jolis profits à l’insu des consommateurs.

Une pratique dont nous vous avions parlé dans un article. Des sachets à moitié plein ou à moitié vide, des produits vendus au gramme près (l'air dans le paquet compris)… Des exemples comme cela il en existe des tas. "C'est même aberrant. On fait les courses, on paye un paquet de chips plus de trois euros pour au final avoir plus d'air dedans que des chips", témoignait à l'époque une mère de famille à Saint-Denis.

Si le vide est parfois nécessaire pour protéger un aliment lors de son transport ou pour mieux préserver sa qualité, il n'est souvent pas justifié.

Foodwatch va maintenant veiller à la mise en œuvre de cette annonce. L'association réclamait une règlementation avec une information en face avant du produit, indiquant la variation de quantité, une indication clairement lisible, une information claire aussi sur les sites de vente en ligne et une durée minimum de trois mois pour permettre que le changement soit clair et repérable.

Lire aussi - Chips, bonbons, gâteaux… trop de vide, trop d’emballages et trop de plastique

www.imazpress.com/redac@ipreunion.com

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis