Les hommes plus touchés que les femmes

Cancer de l’oesophage : en hausse aussi à La Réunion

photo d’archive imaz press reunion

A La Réunion, où 27,2% de la population est en surpoids et 11,3% en obésité, le risque de cancer de l’oesophage est élevé. C’est ce que révèlent deux études, l’une, récente, de l’Association Française de Chirurgie qui a tenu son congrès du 19 au 21 septembre à Paris, et l’autre, de l’Observatoire de la santé Océan OI publiée en novembre 2015. Ces deux études disent la même chose : l’obésité et le surpoids sont l’une des principales causes de ce cancer qui progresse de 5% par an depuis 2010, La Réunion étant au-dessus des moyennes nationales pour la mortalité suite à ce type de cancer.

A La Réunion, les hommes sont davantage touchés que les femmes par le cancer de l’œsophage : " La mortalité masculine suite à cancer des voies aériennes digestives et de l’œsophage est presque dix fois supérieure à celle des femmes ", souligne un rapport de l’Observatoire régional de la santé. Qui ajoute que " La Réunion se caractérise par une surmortalité masculine par cancer  des voies aériennes digestives et de l’œsophage par comparaison à la moyenne nationale. "

Si l’incidence augmente après 60 ans en métropole, à La Réunion des hommes plus jeunes peuvent développer ce cancer. Outre l’obésité abdominale, principale cause d’apparition de ce cancer, les addictions peuvent aussi influer. Ainsi, l’alcool, un fléau local, et le tabac, font partie des facteurs disposant à développer ce cancer, avec risque aggravé en cas de consommation importante d’alcool et de tabac.

L'obésité, le RGO, l'alcool et le tabac

Les personnes en obésité morbide, IMC supérieur à 35, peuvent développer un reflux gastro-oesophagien (RGO). " Le RGO entraîne des altération s de la muqueuse oesophagienne, et celle-ci sont associées à un risque élevé de 50 à 100 fois supérieur de développer un cancer", explique le Dr Caroline Gronnier, chirurgienne digestive. Qui modère un peu : " Mais l’augmentation du risque de cancer n’est pas liée uniquement au RGO : il est probable que l’obésité agisse par elle-même par les modifications inflammatoires et immunitaires qu’elle induit ".

Pour permettre une prise en charge précoce, il faut être attentif aux premiers symptômes d’un RGO : "Le moindre symptôme d’alerte comme le reflux ou la plus petite gêne de la déglutition doit entraîner la réalisation d’une endoscopie. Le traitement chirurgical est actuellement le seul moyen d’obtenir une guérison de la maladie. Certaines formes précoces peuvent être traitées par endoscopie", précise le Professeur Denis Collet, l’un des auteurs de l’étude présentée lors du récent congrès de l’Association Française de Chirurgie.

Privilégier une alimentation riche en fruits et légumes

Une alimentation riche en viande ou en graisses animales, notamment les viandes de porc, d’agneau, de chèvre, de bœuf, de canard, est également mise en cause. La cuisson élevée et notamment la rôtissoire et le barbecue, fréquents le long des routes ou sur les pique-niques réunionnais, est aussi déterminante dans la survenue de ce cancer. A l'inverse, le fait de manger des fibres et des fruits, aliments riches en vitamines A, C et E aurait un effet protecteur. Les recommandations vont donc vers un régime alimentaire plus axé sur les légumes et les fruits et vers l’activité physique pour enrayer le risque de cancer de l’oesophage. Des recommandations qui rejoignent celles de la lutte contre les maladies métaboliques, endémiques à La Réunion, comme l’insuffisance rénale, le diabète, l’obésité.

ml/www.ipreunion.com  

mots clés de l'article : obésité , La Réunion , Actus Reunion , Cancer de l’oesophage , Observatoire de la santé Océan OI , RGO.