Favorable à une Zone Franche Réunion

Annonces d’Annick Girardin : la CNL Réunion fait les comptes et ne s’y retrouve pas

photo imaz press reunion

La Confédération Nationale du Logement à La Réunion a tenu une conférence de presse ce jeudi matin pour évaluer la situation du département au treizième jour de blocage. Et par la même occasion les premières propositions de la Ministre de l’Outre-mer "révélées" mercredi soir. Pour Erick Fontaine, son administrateur, La Réunion est confrontée à une crise sociale sans précédent et ce ne sont pas les vraies fausses annonces de la Ministre qui vont aider les Réunionnais à sortir de la crise.

"Les Réunionnais ont été mis à genoux par ce gouvernement. Les injustices sociales sont nombreuses et touchent les plus pauvres et la classe intermédiaire", s'indigne Erick Fontaine. Qui poursuit : "La Réunion a besoin de mesures spécifiques, pas d'égalité avec La Métropole, mais bien de mesures spécifiques". Et parmi ces mesures, l'administrateur de la CNL Réunion évoque sans détour l'inscription de toute la Réunion en Zone Franche. "Tous nos voyants sont au noir, c'est légitime", insiste-t-il.

Le placement en Zone Franche permettrait notamment aux bailleurs sociaux de bénéficier d'une exonération de la taxe foncière : "Cet argent pourrait être réinvesti dans les quartiers, auprès d'associations pour porter des projets d'insertion. Cela permettrait aussi de libérer les personnes en recherche de logement social de l'avance de fonds pour entrer dans un logement, de faire prendre en charge par l'Etat plus facilement des impayés de loyers".

Par ailleurs, Erick Fontaine se montre très critique sur les "annonces" de la Ministre, qui sont simplement des reprises du Plan Pauvreté présenté en septembre dernier et du Plan de financement de la Sécurité sociale. Regrettant que les classes moyennes soient oubliées dans ces "annonces", il s'est aussi essayé à un petit exercice comparatif (voir tableaux), pas vraiment convainquant selon lui.

"Pas un mot sur les jeunes en alternance, étudiants à la recherche de logement alors qu'à la Réuion 4000 étudiants n'en ont pas trouvé. Le plafond de ressources pour l’AL doit être revu à la hausse si les différentes allocations augmentent", analyse-t-il rapidement. Et de se risquer à un peu d'humour noir : "Dans le Plan Pauvreté, on note l'ouverture de 400 points conseil budget, pour aider les familles, et notamment les mères seules à mieux gérer leur budget et à faire des économies sur leurs différents contrats. Autrement dit, quand on n’a plus d’argent, on vient nous expliquer comment mieux gérer 0 euro !".

Alors l'humour noir, ça permet de décompresser, mais ça ne fait pas avancer le problème. "A La Réunion, un département où le taux de pauvreté est à minima trois fois plus élevé qu’en Métropole, où le taux de chômage est deux fois supérieur à la Métropole, la CNL attend des mesures concrètes pour faire baisser le cot de la vie", scande Erick Fontaine, qui n'hésite pas à sortir sa boite à idées pour aider Annick Girardin à y voir plus clair :

• augmenter les petites retraites • rétablir les 5 € d’AL ( 500 000 personnes vivant dans les logements concernés) • remise immédiate de l’allocation logement accession pour l’ensemble des dossiers en cours et à venir ( 4 000 dossiers) • fixer des tarifs Edf et Eau pour les bas revenus au-delà du RSA ( 1800 euros avec enfant) • revoir la liste des médicaments déremboursés pourtant nécessaire pour les personnes âgées • une baisse des prix des loyers dans le secteur social ( ex actuellement un T2 430 euros à 500 euros) • étendre La Réunion en territoire quartier prioritaire de la ville (QPV) • étendre Visale aux salariés ayant moins de 1800 euros de revenus avec enfant • remise de l’abattement fiscal impact négatif sur l’acquisition pour les propriétaires

Y a plus qu'à....

ml/www.ipreunion.com

mots clés de l'article : actualité de la réunion , Annick Girardin , gilets jaunes , Actus Reunion , Plan Pauvreté , CNL Réunion , Mesures spécifiques , Zone franche

à voir également en vidéo

dossier associé

suivez-nous