Océan Indien par Imaz Press, lundi 18 janvier 2021 à 07:54
Premier cas au CHU, restrictions avec Mayotte et tests vers la Métropole

La menace du variant sud-africain plane sur La Réunion

image description
image description

Les autorités l’ont confirmé ce dimanche 17 janvier : il y a bien un premier cas de Covid-19 issu du variant sud-africain à La Réunion. Il s’agit d’un patient ayant bénéficié d’une évacuation sanitaire en provenance des Comores. La préfecture a mis en place une série de mesures pour éviter toute propagation de ce variant : isolement strict du patient, personnels du CHU surveillés de près, analyse des prélèvements faits sur les derniers patients positifs et dépistage des voyageurs rentrés récemment de Mayotte, des Comores ou du Mozambique. Cette annonce intervient au moment où de nouvelles restrictions sanitaires entrent en vigueur. A partir de ce lundi 18 janvier 2021, pour effectuer la rotation Réunion - Mayotte - Réunion, les voyageurs doivent présenter un test PCR négatif à la Covid-19 et justifier "un motif impérieux". Quant aux personnes se déplaçant vers la Métropole à partir de lundi devront également posséder un test PCR négatif au coronavirus. Jusqu’à présent ce dépistage n’était exigé que dans le sens Hexagone - Réunion (Photo d’illustration rb/www.ipreunion.com)

C'est confirmé : le variant sud-africain est bien présent à La Réunion. Ce dimanche 17 janvier 2021, les autorités sanitaires de l'île ont annoncé qu'un premier cas de Covid-19 issu de la souche sud-africaine avait été recensé au CHU, confirmant une information d'Imaz Press qui indiquait dès ce vendredi que deux patients potentiellement atteints du variant étaient hospitalisés à La Réunion.

Il s'agit ici d'un patient hospitalisé depuis le 7 janvier dernier en service de réanimation, suite à une évacuation sanitaire en provenance directe des Comores. La préfecture affirme qu'il pas quitté le service depuis son admission. Par ailleurs, les personnels soignants ayant assuré sa prise en depuis son arrivée sont surveillés de très près, ils ont "été soumis à l’application, rigoureuse et renforcée, des gestes barrières selon les protocoles en vigueur".

La veille, c'est Mayotte qui a confirmé un premier cas issu du variant sud-africain. Alors que plusieurs cas de cette souche particulièrement contagieuse ont été détectés en Métropole, plus récemment en Ile-de-France et dans les Alpes-maritimes, un premier cas à Mayotte et un à La Réunion, force est de constater que le variant sud-africain a bel et bien fait son entrée en France.

Lire aussi : Virus mutant : contaminations en Afrique du Sud, inquiétude à La Réunion et Mayotte

Lire aussi : Covid-19 : premier cas détecté en France du variant sud-africain

- Opération anticipation -

Dès ce vendredi 15 janvier, Jacques Billant avait annoncé des mesures restrictives, suite à la conférence tenue par le Premier ministre Jean Castex. Deux nouveautés commencent ce lundi 18 janvier à commencer par une limitation des échanges entre Mayotte et La Réunion. Le motif impérieux est désormais obligatoire pour voyager entre les deux îles, ainsi qu'une attestation sur l'honneur.

Une septaine de précaution est aussi instaurée dès l'arrivée des voyageurs, "une obligation morale et physique" avait indiqué Jacques Billant ce vendredi. Un test RT-PCR devra être effectué au terme de ces sept jours d'isolement. Deuxième nouveauté : l'obligation de réaliser un test pour se rendre en Métropole, au part de La Réunion. Le dépistage est donc désormais obligatoire dans les deux sens.

Des mesures qui avaient été indiquées par anticipation. Mais maintenant que la présence du variant sud-africain est confirmée, la préfecture met en place deux actions pour prévenir toute chaîne de contamination. Ainsi deux décisions ont été prises. Dans un premier, procéder dès ce lundi 18 janvier "à l’analyse par séquençage ARN (aujourd'hui réalisable sur l’île de la Réunion) de la totalité des prélèvements déjà effectués et conservés dans les laboratoires, correspondant aux 35 patients identifiés comme porteurs de la maladie Covid et provenant de Mayotte depuis 14 jours ou moins".

La préfecture compte aussi "demander à toute personne ayant voyagé à Mayotte, aux Comores et au Mozambique ces 14 jours derniers jours d’effectuer obligatoirement un test RT-PCR dans les plus brefs délais afin de s’assurer que ces personnes ne sont pas positives à la maladie Covid ni porteurs éventuellement d’une souche variante 501 Y-V2." Même sans symptôme, et même en ayant déjà réalisé le test recommandé entre J2 et J4, ce nouveau test "s'impose" par sécurité, indiquent les autorités.

- Mayotte limite les flux -

La crainte de voir le variant sud-africain à Mayotte s'est fait ressentir très rapidement, dès lors que la petite île de Mohéli dans l'Union des Comores a été touchée. Début janvier, une centaine de cas ont été rapportés, et six décès ont été enregistrés en quelques jours seulement. Le gouvernement comorien suspectait déjà fortement l'influence du variant sud-africain, souche particulièrement contagieuse.

Lire aussi : Comores : l'île de Mohéli frappée de plein fouet par la Covid-19

De quoi alerter l'ARS de Mayotte qui a rapidement envoyé une série de prélèvements à analyser en Métropole, avant de confirmer qu'un cas issu du variant sud-africain a bien été recensé.

Suite à cette annonce, la préfecture locale a décidé de suspendre les liaisons maritimes et aériennes avec l'international pour une durée de 15 jours. Quant aux trajets avec La Réunion, ils sont soumis aux motifs impérieux. Vers la Métropole, il est obligatoire de réaliser un test, à l'instar de notre département. Toutes ces restrictions rendent les voyages bien plus difficiles au sein de l'océan Indien mais également entre les départements français de l'océan Indien et l'Hexagone.

Lire aussi : Le variant sud-africain complique encore plus les voyages

Pour limiter la panique dans les aéroports de Mayotte comme de La Réunion, les autorités ont rappelé la possibilité de faire un test à l'hôpital avant de partir, ou un test de dernière minute à l'aéroport même. La préfecture de La Réunion a publié dès samedi la liste des quatre laboratoires ouverts le dimanche pour les voyageurs ayant prévu de voler dans les prochains jours, afin de s'organiser suite aux annonces de vendredi.

Toutes ces mesures visent à freiner l'arrivée du variant sud-africain et tout faire pour éviter qu'il ne touche pas la population hors structure hospitalière. Sinon quoi l'arrivée de cette souche très contagieuse pourrait, et c'est ce que craint l'ARS, occasionner un rebond épidémique à La Réunion, alors que notre département reste globalement épargné par le virus, même après les fêtes.

mm/www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : Mayotte , préfecture , Comores , virus , dépistage , ARS , contamination , chu , coronavirus , actualités de la réunion , Actus Reunion , Coronavirus , Covid-19 , Variant sud-africain

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis