Loi controversée sur la citoyenneté : des Indiennes bloquent des routes

© afp.com - Prakash SINGH

Chaque nuit, Noornissa, une Indienne de 75 ans, brave le froid glacial pour participer au blocage d’une des routes principales conduisant à New Delhi, marquant ainsi son désaccord avec la loi sur la citoyenneté promue par le Premier nationalité Narendra Modi.

Depuis près de quatre semaines, Noornissa et deux cents autres femmes sont assises ou allongées en travers de l'axe à quatre voies entre New Delhi et la ville périphérique de Noida, captant l'attention du pays au milieu des manifestations contre la loi controversée accusée d'être dirigée contre les musulmans.

Les hommes montent la garde tandis que les femmes, venant principalement de la zone à majorité musulmane de Shaheen Bagh, chantent l'hymne américain des droits civiques "We Shall Overcome" contre la loi votée en décembre par le gouvernement nationaliste hindou de Modi.

La contestation ébranle l'Inde depuis l'adoption le 11 décembre de cette loi qui facilite l'obtention de la nationalité indienne pour les réfugiés d'Afghanistan, du Pakistan et du Bangladesh, sauf pour ceux qui sont de confession musulmane.

Les opposants à cette loi estiment qu'il s'agit de la première étape vers la création d'un registre national qui, pour beaucoup des 200 millions de musulmans indiens, pourrait faire d'eux des apatrides. Nombre d'Indiens pauvres n'ont aucun document pour prouver leur nationalité.

Les autorités ont mis en garde les manifestantes que la police les évacuerait si elles ne partaient pas, mais elles sont déterminées à rester.

"Je suis née en Inde et je veux mourir ici", explique Noornissa à l'AFP, le corps tremblant d'émotion. "Je combattrai cette loi jusqu'à mon dernier souffle".

Gul Bano, 51 ans, le visage couvert d'un voile, décrit la manifestation comme "un combat pour notre identité".

Parmi les femmes présentes figurent aussi bien des grand-mères que de jeunes mères avec leurs enfants.

Une tente a été montée pour bloquer les rafales de vent. Des chèvres en liberté marchent à côté des manifestantes le long de la route.

Ce mouvement est le signe que "la réplique a commencé à travers l'Inde", estime Syeda Hameed, cheffe de l'ONG Muslim Women's Forum.

Des militants apportent aux manifestantes des couvertures, du thé chaud et de quoi manger. Les portes de maisons avoisinantes restent ouvertes pour leur permettre d'utiliser les toilettes.

Des dizaines de milliers de personnes ont participé dans le pays aux manifestations contre la loi, qui ont fait plus de 25 morts.

Des centaines de personnes ont été arrêtées, notamment dans l'Etat d'Uttar Pradesh (nord), où la police a été accusée de faire un usage disproportionné de la force.

Les femmes de Shaheen Bagh se sont mobilisées après des heurts entre le police et des étudiants de l'université voisine Jamia Millia Islamia.

"Nous ne faisons plus confiance à Modi. Il dit une chose et en fait une autre", critique Jawid Iqbal, qui tient un commerce à Shaheen Bagh.

mots clés de l'article : politics , unrest , India , protest