Le Congrès américain se rapproche d’un accord sur un plan majeur de relance de l’économie

© afp.com - Karen Ducey

Les sénateurs américains se montraient "optimistes" sur la possibilité de parvenir enfin mardi à un accord sur un plan majeur de relance de la première économie mondiale, durement frappée par la pandémie de coronavirus, après des négociations intenses avec le gouvernement de Donald Trump qui appelait à l’approuver au plus vite.

Le président républicain montrait des signes d'impatience, après quatre jours de tractations ardues pour trouver un accord sur ce qui serait le plus gros plan de relance jamais approuvé par le Congrès américain.

"Le Congrès DOIT AGIR IMMEDIATEMENT", a tweeté Donald Trump. "Plus cela prendra de temps, plus il sera difficile de redémarrer l'économie. Nos travailleurs vont souffrir", a-t-il mis en garde.

Depuis vendredi, les sénateurs républicains, démocrates et la Maison Blanche sont engagés dans des discussions pour parvenir à un accord sur un gigantesque plan de relance qui pourrait mobiliser près de 2.000 milliards de dollars, alors que la première économie mondiale est probablement déjà entrée en récession.

Dimanche, puis lundi, les sénateurs démocrates ont rejeté des motions qui auraient permis un vote rapide sur le plan de relance, arguant que ce dernier était encore en négociations.

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, émissaire de la Maison Blanche sur ce dossier, était mardi de retour au Congrès pour orchestrer les tractations.

Le chef de la majorité républicaine Mitch McConnell a déclaré mardi matin que la chambre haute était "très près" d'un texte qui intégrerait des propositions démocrates.

"Avec chaque jour, chaque heure de retard au Congrès pour approuver ce plan majeur, nous mettons en danger plus de vies américaines et la sécurité de plus de professionnels de la santé", a-t-il tonné.

Ses propositions incluent des aides directes versées aux Américains, des prêts pour les petites entreprises et pour les grands secteurs de l'économie, dont le secteur aérien, ainsi que plus de moyens pour les hôpitaux américains, a-t-il énuméré.

Le chiffrage reste toutefois encore flou, aucun texte n'ayant été publié depuis sa première proposition, jeudi.

Le chef de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, a affirmé que les derniers obstacle avant un accord pourraient être surmontés "dans les prochaines heures".

Un sénateur démocrate qui a l'oreille de Donald Trump, Joe Manchin, a déclaré, sur Fox News, que tous les sénateurs étaient "optimistes".

Cette optimisme a fait très nettement monter Wall Street à l'ouverture, mardi.

- "Rebond" au deuxième semestre? -

Echaudée par les excès des bénéficiaires du plan de sauvetage de la crise de 2008, l'opposition réclame notamment à l'administration Trump une supervision accrue des prêts accordés aux grandes entreprises en plus du versement des salaires aux employés mis au chômage technique et encore plus de moyens pour les hôpitaux.

Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin avait assuré lundi que les mesures bénéficieraient aux travailleurs, tout en justifiant "une disposition spéciale" pour le transport aérien car il s'agissait d'un secteur stratégique.

Le conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow, a appelé mardi le Congrès à avancer au plus vite.

"Si nous obtenons ce plan, nous préparerons le terrain pour un bon rebond (de l'économie américaine, ndlr) dans la deuxième moitié de l'année", a-t-il déclaré à des journalistes. "Les banques sont en bonne santé, heureusement (...) C'est pour cela que nous devons continuer à soutenir les salaires et les petites entreprises autant que nous le pouvons."

Lorsqu'il aura été voté au Sénat, ce plan d'aide devra être approuvé par la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, avant de pouvoir être promulgué par le président républicain.

Le coronavirus avait infecté mardi matin plus de 46.500 personnes aux Etats-Unis et fait près de 600 morts -- un bilan qui évolue très rapidement -- selon le comptage de l'université Johns Hopkins.

La pandémie touche le Congrès, avec trois parlementaires testés positifs au coronavirus et au moins une dizaine en isolement volontaire, et donc empêchés de voter.

La Banque centrale américaine a pris lundi matin de nouvelles mesures pour donner un peu d'oxygène à des entreprises asphyxiées par l'arrêt brutal de l'activité.

Cela fait partie d'un "ensemble de mesures" qui pourraient monter jusqu'à 4.000 milliards de dollars, annoncées dimanche par M. Mnuchin, soit un cinquième de la richesse annuelle produite par l'économie américaine.

mots clés de l'article : santé , aide , politique , Congrès , économie , budget , virus , Pandémie , USA