Monde par Otuzikiler (Azerbaïdjan) (AFP) , lundi 12 octobre 2020 à 21:10

"Ils se réveillent et pleurent" : les réfugiés azerbaïdjanais hantés par les bombardements

image description
image description

Le son des obus se fait entendre au loin, depuis les montagnes du Nagorny Karabakh, tandis que Goultekine Rakhimova lave trois petites chemises dans un sceau rouillé. Elle a fui les combats entre forces azerbaïdjanaises et arméniennes.

Ses trois enfants en bas âge n'ont pas eu une seule bonne nuit de sommeil depuis qu'ils ont quitté il y a deux semaines leur maison bombardée, située du côté azerbaïdjanais de la frontière. Erevan et Bakou s'y affrontent depuis fin septembre pour le contrôle de cette enclave.

"Ils se réveillent et ils pleurent. Ils ont des cauchemars parce que les morts reviennent dans leurs rêves", raconte la femme de 42 ans pendant qu'un de ses fils lance des billes en direction d'un coq, près de l'école du village dans laquelle ils ont élu demeure avec d'autres.

"Psychologiquement, ils ne sont pas dans un très bon état", reconnait-elle.

Les autorités azerbaïdjanaises ont organisé un réseau d'abris pour les réfugiés des villes et villages bombardés par les forces arméniennes à la frontière avec le Nagorny Karabakh. Au sein de l'enclave séparatiste, les habitants locaux ont, eux, fui les bombardements azerbaïdjanais en se réfugiant en Arménie.

Le refuge où s'est rendu Goultekine Rakhimova est situé dans le village de Otuzikiler, en Azerbaïdjan. Il est désormais sans aucune place de libre, abritant en tout 299 personnes.

La famille a dû parcourir vingt kilomètres à pied et en voiture au son des violents combats qui se poursuivent dans cette région du Caucase, disputée depuis des décennies. Des obus sont même tombés sur la route, faisant des victimes.

"Des gens sur la route sont morts. Deux de nos voisins ont été tués par un obus", témoigne Fatma Souleïmanova, une retraitée, en étendant le linge dans la cour de l'école.

- "Lourd fardeau" -

Dans l'école d'Otuzikiler, des couloirs aux toilettes, tout a été transformé en zones d'habitation avec des lits simples, chacun avec une couverture usée mais sans oreiller. Une pièce de la taille d'une petite cuisine accueille ainsi quatre lits pour une famille de six personnes.

"Nous avons abandonné toutes nos possessions, tout ce dont nous avons besoin. Bien sûr, c'est difficile. C'est un lourd fardeau", explique Goultekine Rakhimova.

Les bombardements s'étaient tus lorsque les belligérants ont décidé d'un cessez-le-feu humanitaire lors de pourparlers à Moscou samedi. Mais cette trêve n'a été que de courte durée, permettant néanmoins à certains réfugiés d'emporter en vitesse quelques affaires.

Elle a définitivement volé en éclat lorsqu'un missile a tué dix civils à Ganja, la deuxième ville d'Azerbaïdjan dimanche.

Plus de 500 personnes ont été tuées dans les deux camps depuis le début des hostilités, dont 60 civils, selon des bilans très partiels.

Chez les réfugiés d'Otuzikiler, l'humeur est tantôt lassitude, tantôt défiance.

"Bien sûr que nous voulons retourner chez nous", lance Siïafir Baguirova, assise sous un portrait du président azerbaïdjanais Ilham Aliev. "On loge dans une école. Comment pourrions-nous avoir envie de rester ici?"

La plupart se contentent de sarrasin et de riz. Certains achètent des légumes à des vendeurs au bord de la route. Mais aucun d'entre eux n'a dit regretter les affrontements, disant croire que les forces azerbaïdjanaises sont en train de prendre le dessus sur les Arméniens.

Sakhir Husseïnov, qui a évacué ses enfants de leur village à la frontière car "ils avaient peur du son des bombardements", leur a ainsi dit que leurs souffrances étaient temporaires et valaient la possibilité de reconquérir le Nagorny Karabakh, que la communauté internationale considère comme un territoire faisant partie de l'Azerbaïdjan.

"Mon frère est là-bas, en train de combattre", dit le jeune père de famille en berçant l'un de ses fils sur ses genoux. "J'explique à mes enfants: c'est la guerre, les Arméniens nous bombardent. C'est pourquoi nos frères se battent et nos cœurs sont avec eux".

mots clés de l'article : politique , réfugiés , conflit , Azerbaïdjan , Arménie , Karabakh

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis