Monde par La Havane (AFP) , lundi 6 septembre 2021 à 20:10

Cuba : une rentrée à la maison en attendant les élèves vaccinés

image description
image description

Assise face à la télévision, Lia, 7 ans, démarre lundi une nouvelle rentrée scolaire loin des salles de classe : à Cuba, les écoles ne rouvriront pas avant que tous les enfants soient vaccinés, via une campagne massive d’immunisation unique au monde.

"J'aime bien aller à l'école pour mettre mon uniforme", raconte la fillette aux yeux bleus, dont les longs cheveux bruns sont ramassés en tresse. Et puis, "j'ai envie de revoir les amis et les maîtresses", dit-elle d'une voix boudeuse, dans sa maison de Centro Habana, quartier populaire de la capitale.

Depuis mars 2020, les écoles cubaines sont fermées, n'ayant rouvert que quelques semaines en fin d'année avant de fermer à nouveau en janvier.

Manuels et cahiers ouverts face à elle sur la table du salon, Lia n'a pas le choix: comme les autres élèves cubains, elle doit suivre les "teleclases", ces cours donnés à la télévision, faute d'accès majoritaire à internet sur l'île.

A ses côtés, sa mère, Virginia del Rey, employée de bureau de 34 ans, se rappelle encore quand l'école a fermé ses portes.

"Cela a été un changement brutal pour elle, elle est devenue très triste, elle ne pouvait plus voir ses amis". Chaque après-midi en rentrant du travail, Virginia aidait sa fille à suivre les cours à distance.

Et pourtant, aujourd'hui pour rien au monde elle n'enverrait sa fille à l'école, alors que la rentrée scolaire était programmée pour ce lundi.

- "Inquiète" -

"J'ai fait partie de ces mamans qui ont écrit au ministère de l'Education (...), en disant que je préférais que ma fille revienne en classe quand elle serait vaccinée", confie Virginia.

"Si ma fille, que j'ai tellement protégée en ne la faisant pas sortir dehors, soudain doit sortir sans être protégée, cela m'inquiète un peu".

Les autorités ont visiblement écouté ses prières: le gouvernement communiste a annoncé que les écoles rouvriraient de manière échelonnée, en octobre et novembre, uniquement après que tous les enfants du pays aient été vaccinés.

Vendredi, la campagne d'immunisation, avec les vaccins cubains Abdala et Soberana, a débuté, d'abord avec les adolescents de 12 ans et plus, puis les enfants de deux à 11 ans qui ont commencé lundi à être vaccinés dans la province de Cienfuegos (centre).

Non reconnus par l'OMS, ces vaccins reposent sur une protéine recombinante, la même technique sur laquelle travaillent l'Américain Novavax et le Français Sanofi.

Ailleurs dans le monde, beaucoup de pays vaccinent à partir de 12 ans, mais plusieurs essais cliniques sur des enfants plus jeunes sont en cours.

Si d'autres pays comme la Chine, les Emirats arabes unis et le Venezuela ont annoncé leur intention de vacciner les plus petits, Cuba est le premier à lancer une telle campagne.

- Hausse de cas -

Conditionner la réouverture des écoles à la vaccination des enfants est une stratégie qui avait été critiquée fin juillet par l'Unicef, plaidant pour une reprise des cours en présentiel sans attendre, car 600 millions d'enfants en âge scolaire sont affectés par les mesures de restriction anti-Covid.

"Les écoles devraient être les derniers lieux à fermer et les premiers à rouvrir", avait estimé son porte-parole James Elder.

Mais Cuba est confronté à une explosion de cas qui fait tanguer son système sanitaire. Sur l'île de 11,2 millions d'habitants, qui accumule 689.674 cas dont 5.703 décès, plus de 115.000 mineurs ont contracté le Covid et neuf en sont morts.

Dans une rue de La Havane, Doralys Muñoz, employée dans la culture de 57 ans, applaudit la "stratégie correcte du gouvernement révolutionnaire".

"On disait que (l'école) pourrait reprendre en septembre mais bon, les conditions ne sont pas encore réunies", déclare-t-elle, même si, chez elle, son petit-fils de 11 ans "s'ennuie beaucoup".

"Nous on est vaccinés, donc on lui a expliqué que le vaccin est nécessaire, que c'est important pour se protéger et il a bien compris", assure-t-elle.

Assis sur un lit avec son ordinateur portable pour réviser, Javier, 12 ans, le cousin de Lia, dit n'avoir aucune peur du vaccin, "et en plus, il vaut mieux être vacciné pour se protéger du Covid-19, mieux vaut prévenir que guérir".

Mais "je me sens plus à l'aise à l'école (...), j'y apprends plus qu'en regardant les cours à la télévision ou sur l'ordinateur".

mots clés de l'article : enfants , santé , épidémie , vaccins , Cuba , virus

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis