Monde par Genève (AFP) , jeudi 29 avril 2021 à 19:46

Constat d’échec de l’ONU après les discussions sur Chypre

image description
image description

Les discussions sur Chypre ont échoué, de l’aveu même jeudi du chef de l’ONU qui a cependant appelé à ne pas baisser les bras, tandis que le leader des Chypriotes turcs a jugé inutile de négocier sans reconnaissance du "statut égal" du Nord de l’île.

Chypre est divisée depuis l'invasion en 1974 du tiers nord par l'armée turque, en réaction à un coup d'Etat visant à rattacher l'île à la Grèce. La "République turque de Chypre du Nord" (RTCN) est reconnue uniquement par Ankara.

Au fil des décennies, plusieurs cycles de pourparlers visant à la réunification et parrainés par l'ONU se sont effondrés.

"La vérité c'est qu'au terme de nos efforts, nous n'avons pas encore trouvé assez de points communs pour permettre la reprise de négociations formelles en relation avec le règlement du problème chypriote", a déclaré Antonio Guterres, lors d'une brève conférence de presse, après trois jours de réunions en Suisse.

"Je n'abandonne pas", a cependant ajouté le secrétaire général de l'ONU, qui a lui-même conduit les pourparlers informels entamés mardi à Genève et espère reprendre des discussions informelles d'ici deux ou trois mois.

"S'il est impossible de résoudre la quadrature du cercle en géométrie, en politique c'est très courant", a-t-il assuré.

L'équation semble toutefois bien difficile à résoudre tant les positions des parties sont éloignées.

Si les Chypriotes-grecs continuent de soutenir la solution d'une réunification de l'île sous forme d'Etat fédéral, le président de la République turque de Chypre du Nord (RTCN) a proposé mercredi que le Conseil de sécurité des Nations unies reconnaisse deux Etats indépendants et égaux sur l'île méditerranéenne divisée entre communautés turque et grecque.

Les Chypriotes-turcs ne vont pas "abandonner" leur position, a déclaré à Genève, Ersin Tatar, président de la RTCN, assurant à l'issue de la réunion qu'il était inutile de mener les négociations sans la reconnaissance du "statut égal et souverain" du Nord de l'île.

De son côté, le président chypriote Nikos Anastasiades, qui s'est également exprimé devant la presse, s'est félicité de ce que "les objectifs fixés par la Turquie n'aient pas été atteints" pendant la réunion. Et a assuré que ni l'ONU, ni l'UE, dont Chypre est membre, ne pouvaient accepter la solution à deux Etats.

- Succès au prochain rendez-vous? -

"Bien sûr, il y aura des consultations avant la prochaine réunion. Notre intention est d'essayer de créer autant que possible les conditions permettant à la prochaine réunion d'être un succès", a souligné le chef de l'ONU.

Quatre ans après l'échec des discussions à Crans-Montana, une célèbre station de ski suisse, il y avait peu d'espoir qu'un accord entre Chypriotes-grecs et Chypriotes-turcs soit trouvé cette semaine à Genève, même si l'ONU avait invité les parties "à faire preuve de créativité".

Les trois "garants" de la sécurité de l'île depuis son indépendance en 1960 - à savoir la Turquie, la Grèce et le Royaume-Uni, ex-puissance coloniale - ont également participé aux discussions à Genève, représentés par leurs ministres des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, Nikos Dendias et Dominic Raab.

Dans un tweet, le chef de la diplomatie britannique a laconiquement reconnu qu'"aucun terrain d'entente n'a encore été trouvé pour commencer des négociations formelles", mais assuré que Londres continuerait à soutenir les efforts de recherche d'un "règlement équitable et durable" de la question chypriote.

Présente à Chypre dès 1964 en raison des violences intercommunautaires, l'ONU a hérité dix ans plus tard de la surveillance d'une zone tampon, après la partition.

Selon les autorités chypriotes-grecques, le conflit a fait quelque 3.000 morts, 1.400 disparus et des dizaines de milliers de déplacés.

Sous son égide, les dernières négociations en Suisse en juillet 2017 se sont déroulées sur le principe d'une réunification sous la forme d'un Etat fédéral.

Elles ont surtout achoppé sur le retrait des dizaines de milliers de soldats turcs du nord de l'île et le maintien d'un droit d'intervention de la Turquie.

Après l'échec de 2017, plusieurs facteurs sont venus s'ajouter aux traditionnels sujets de discussion: les garanties de sécurité, l'égalité politique, les ajustements territoriaux et les droits de propriété des déplacés.

mots clés de l'article : TURQUIE , ONU , diplomatie , Suisse , Grèce , Chypre

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis