Steve : six enquêtes lancées depuis la disparition

© afp.com - STEPHANE DE SAKUTIN

Depuis la disparition de Steve, signalée le 23 juin, six enquêtes ont été lancées. Le rapport de l’une d’entre elles, menée par l’IGPN, a été dévoilé le 30 juillet mais les autres procédures se poursuivent et sont susceptibles d’apporter des conclusions différentes.

1 - Enquête administrative de l'IGPN

Ses conclusions ont été rendues publiques le 30 juillet par le Premier ministre Edouard Philippe.

L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) avait été saisie dans les jours suivants la disparition de Steve Maia Caniço, qui n'a plus donné signe de vie depuis une soirée électro achevée par une opération policière controversée le soir de la Fête de la musique à Nantes.

Son corps a été retrouvé le 29 juillet dans la Loire, à environ deux kilomètres du lieu de la soirée.

L'enquête conclut qu'il "ne peut être établi de lien" entre l'intervention des forces de l'ordre et la disparition de Steve.

L'IGPN a par ailleurs ouvert une enquête administrative "incidente" à celle publiée le 30 juillet, concernant "des coups de matraques sur une personne au sol".

2 - Information judiciaire contre X pour "homicide involontaire"

Des investigations judiciaires ont été menées, d'abord sous la direction du parquet de Nantes, puis, à partir du 27 juin, dans le cadre d'une information judiciaire en "recherche des causes de la disparition".

Après la découverte du corps, cette information judiciaire a été clôturée et le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès, a ouvert une nouvelle information judiciaire contre X pour "homicide involontaire".

Les deux juges d'instruction chargés de l'enquête ont demandé le dépaysement du dossier. La Cour de cassation, saisie de cette requête, ne prendra pas de décision avant la mi-septembre.

En attendant les deux juges d'instruction peuvent mener des actes d'enquête urgents, notamment pour éviter la déperdition de preuves. En pratique, il est d'usage pour les juges d'instruction de s'abstenir de toute action durant une telle période.

3 - Enquête IGPN déclenchée par la plainte de participants au concert

Le procureur Pierre Sennès a annoncé mi-juillet avoir saisi l'IGPN pour une enquête à la suite d'une plainte collective, précisant qu'il s'agissait d'une saisine "dans un cadre judiciaire".

Cette plainte collective, pour "mise en danger de la vie d'autrui et violences volontaires par personnes dépositaires de l'autorité publique", émane de 89 participants à la soirée électro représentés par l'avocate Marianne Rostan. Selon une source proche de l'enquête, six autres plaintes ont été jointes à cette procédure.

Me Rostan a aussi exprimé son intention de déposer une plainte pour "non assistance à personne en danger", pour deux participants tombés dans la Loire.

4 - Enquête de la police judiciaire déclenchée par les plaintes de policiers

Cette enquête fait suite à dix plaintes de policiers blessés lors de la Fête de la musique. "Ces plaintes ont été adressées pour enquête à la police judiciaire", a expliqué Pierre Sennès le 16 juillet.

5 - Enquête de l'Inspection générale de l'administration (IGA)

Edouard Philippe a annoncé cette nouvelle enquête en même temps qu'il dévoilait les conclusions de l'IGPN le 30 juillet "pour aller plus loin".

L'IGA est un organe rattaché au ministère de l'Intérieur pour lequel il exerce une mission de "contrôle supérieur" notamment de l'action des préfets. Concernant l'affaire Steve, elle a été saisie par le gouvernement "pour comprendre les conditions de l'organisation" de la Fête de la musique .

Dans sa lettre de saisine consultée par l'AFP, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner demande au chef de l'IGA Michel Rouzeau d'examiner "les modalités de préparation des concerts de sound systems en vérifiant les dispositions prises en matière de sécurité des participants compte tenu des risques identifiés de sécurisation physique du site et de dimensionnement des dispositifs de police et de secours". Il est également chargé d'étudier "les circuits d'information et de décision entre les services de l'Etat et ceux de la Ville de Nantes" pour cette soirée.

Les conclusions sont attendues le 4 septembre.

6 - Enquête du défenseur des droits

Le 10 juillet, le Défenseur des droits Jacques Toubon s'est auto-saisi afin d'enquêter sur les conditions dans lesquelles Steve Maia Caniço a disparu.

mots clés de l'article : musique , Enquête , festival , police , gendarmerie

suivez-nous