"On revit" : à Grande-Synthe, une aide sociale pour plus de "dignité" face à la précarité

© afp.com

"Avant, on survivait ; aujourd’hui, on revit..." Dalila Sayah peut souffler : depuis trois mois, cette habitante de Grande-Synthe (Nord) bénéficie du minimum social garanti (MSG), une aide sociale présentée comme unique en France ayant pour vocation de "redonner de la dignité" aux plus précaires.

Du jour au lendemain, cette ancienne secrétaire s'est retrouvée sans emploi suite à de graves problèmes de santé. "Ma vie a basculé. Je n'avais que 860 euros par mois, avec deux enfants. Je vivais avec une boule au ventre. Au 15 du mois je n'avais plus rien. J'en pleurais", raconte-t-elle à l'AFP.

Depuis début mai, elle perçoit 394 euros supplémentaires au titre du MSG, une aide sociale facultative et temporaire - jusqu'à six mois, reconductible - instaurée par la municipalité pour ses habitants les plus précaires, dont le montant varie en fonction du revenu.

"Je revis", confie Dalila en montrant dans sa cuisine les produits ménagers qu'elle peut désormais acheter. "Je paye mes factures, je mange... Comme tout le monde. Surtout, j'ai retrouvé ma dignité et mon autonomie."

Mis en place sous la houlette de Damien Carême, ancien maire écologiste désormais député européen, le MSG est destiné aux foyers ne disposant pas de revenus suffisants pour atteindre le seuil de pauvreté (50% du revenu médian), soit 855 euros par unité de consommation. Une situation qui concernerait 17,2% des quelque 24.000 habitants.

"Nous avons une population en souffrance avec plus de 25% de chômeurs", ce qui implique de "trouver des solutions alternatives en raison de la difficulté sociale dans le bassin du Dunkerquois", explique le maire (PS) Martial Beyaert, selon lequel "Grande-Synthe est un laboratoire d'idées".

"Il y a des choses qui ne se font pas ailleurs", assure-t-il, précisant avoir été contacté par des villes intéressées par ce dispositif.

- "Nouvel élan" -

Depuis sa mise en place, quelque 400 personnes ont bénéficié de ce dispositif, auquel 1,2 million d'euros ont été alloués par la municipalité de mai à décembre, financés en partie par les économies d'énergies faites par la ville (472.000 euros) et la fin de certaines aides du Centre communal d'action sociale (CCAS) remplacées de facto par le MSG (pour moins de 300.000 euros).

"Le premier retour est une satisfaction car les personnes retrouvent de la dignité, de la liberté dans la consommation. Cela les responsabilise beaucoup plus dans la gestion budgétaire", souligne Juan Manuel Del Pozo, directeur du CCAS, qui accompagne les habitants dans leurs démarches.

L'idée est d'aider les personnes à "sortir d'une forme d'angoisse sociale". "Ils auront ainsi davantage de visibilité et on pourra travailler avec eux l'insertion sociale et professionnelle", affirmait récemment à l'AFP M. Carême, voyant dans le MSG "une forme de solidarité palliant les carences de l'Etat".

Sarah Sabri (nom d'emprunt), 39 ans, se dit ainsi "soulagée" de pouvoir "mettre de côté". "Ca m'a donné un nouvel élan, j'anticipe davantage", explique cette mère de sept enfants, qui perçoit 580 euros d'aide.

Elle dit également avoir retrouvé confiance en elle. "Avant, j'utilisais des bons alimentaires en magasin mais le regard des autres me gênait. Maintenant, je peux régler directement et en plus cela me permet de payer mon loyer".

- Contrat et contrôles -

Pour autant, le dispositif n'est pas à sens unique: un contrat d'attribution fixe des conditions et l'aide est arrêtée si elles ne sont pas respectées.

"Les personnes s'engagent à participer au projet d'accompagnement social, à nous informer de tout changement de situation qui impacterait le montant et à engager la dépense dans les domaines fixés dans le code de l'action sociale et des familles: loyers, énergie, scolarité des enfants...", explique M. Del Pozo. Des contrôles sont prévus pour contrer d'éventuels abus.

Face aux critiques mettant en cause une forme d'"assistanat", Dalila Sayah est choquée. "Les gens osant dire ça ne sont pas humains. Ils devraient se mettre à notre place. Si je pouvais travailler, je n'en serais pas là", assure-t-elle.

mots clés de l'article : social , salaires , pauvreté , aide , finance , collectivités , chômage

suivez-nous