Marseille : 135e jour de grève pour huit femmes de chambre d’un 4 étoiles

© afp.com - GERARD JULIEN

Huit femmes de chambre d’un hôtel quatre étoiles de Marseille sont en grève depuis 135 jours et ont déploré jeudi "le sabordage" par Elior Services, leur employeur, de la médiation.

"Ils ont proposé une prime de 500 euros pour tout le monde, ça fait des mois qu'on est à la rue, c'est vraiment rien", s'est insurgée jeudi Leila Mendez Lopez, 27 ans, l'une des grévistes.

Depuis quatre mois, les femmes de chambre de l'hôtel NH Collection de Marseille demandent une revalorisation salariale, le 13e mois ou encore une majoration le dimanche.

Après plus de deux mois de conflits, une procédure de médiation avait été proposée par la préfecture de région, médiation attaquée par le syndicat CNT-SO 13, qui a dénoncé "le rôle partial de la médiatrice nommée par le préfet".

"La médiation s'est terminée sur un constat d'échec que l'on impute à Elior qui a fait traîner en longueur, sans avoir la volonté de négocier" a estimé Julien Huard, secrétaire du syndicat CNT-SO 13.

"Pour nous, concrètement, Elior doit partir. Il faut que l'hôtel embauche directement nos collègues. La balle est dans leur camp", a poursuivi M.Huard.

Pour sa part, la direction d'Elior Services a précisé à l'AFP que la médiation engagée sous l'égide des services de la préfecture n’était pas clôturée et qu'elle ne souhaitait pas communiquer durant son déroulement.

"Nous espérons vivement que cette dernière (la médiation), et les propositions que pourra formuler la médiatrice, permettront d’aboutir à une issue rapide du conflit", a ajouté la direction.

Trois femmes de chambre ont quitté le mouvement de grève depuis le début de l'été.

Le mouvement marseillais a prévu de rejoindre les femmes de chambre de l'hôtel Ibis Paris Batignolles, elles aussi en grève, lors des Journées d'été de La France insoumise samedi à Toulouse.

mots clés de l'article : social , tourisme , hôtellerie , Grèves

suivez-nous