Le coronavirus va plonger la France dans la récession, des nationalisations envisagées

© afp.com - Bruno KALOUAZ

Le gouvernement a déclaré "la guerre économique" au coronavirus et n’exclut pas de nationaliser certaines grandes entreprises en danger dans une économie française qui va tomber en récession avec des Français confinés et des entreprises au bord de la faillite.

Cette "guerre économique et financière (...) elle sera durable, elle sera violente, elle doit mobiliser toutes nos forces", a martelé mardi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire sur RTL, au lendemain de la déclaration de "guerre" d'Emmanuel Macron contre le Covid-19.

Le président de la République a instauré des restrictions strictes de déplacement pour la population, qui vont encore augmenter l'impact de l'épidémie sur l'économie, alors que de nombreuses entreprises sont déjà au bord de l'asphyxie.

"La guerre sanitaire, j'espère que c'est une affaire de semaines. La guerre économique et financière, c'est une affaire de mois. Il faudra donc du temps pour faire redémarrer l'économie, pour lui redonner toute sa puissance", a encore souligné Bruno Le Maire.

En attendant, la France va plonger dans la récession cette année, a prévenu le ministre, avec un PIB attendu en recul de 1% en 2020, loin de la croissance de 1,3% prévue par le gouvernement avant l'apparition du virus.

Mais il a insisté sur le fait que cette prévision était "provisoire", en fonction "de l'évolution de l'épidémie dans les semaines à venir et de notre capacité à surmonter cette crise".

- "Nationalisation si nécessaire" -

Pour limiter les dégâts, notamment des faillites en cascade d'entreprises, trop fragiles pour encaisser un arrêt total de leur activité pendant des semaines, le gouvernement va dégainer un arsenal immédiat de 45 milliards d'euros.

L'essentiel - 32 milliards d'euros - passera en report ou annulation de charges sociales et fiscales, déjà en place depuis plusieurs jours.

Les dispositions de chômage partiel pour les salariés contraints de cesser de travailler coûteront 8,5 milliards d'euros sur 2 mois, a précisé Bruno Le Maire lors d'une conférence téléphonique avec la presse.

"Si nous mettons autant d'argent maintenant sur la table, c'est pour aider (l'économie) à redémarrer rapidement", une fois que l'épidémie sera vaincue, a justifié M. Le Maire.

"Tous les moyens" à disposition seront utilisés "pour protéger les grandes entreprises françaises, a affirmé le ministre, y compris des opérations de prise de participations et même de "nationalisation si nécessaire", a-t-il ajouté.

Certains groupes, à l'image d'Air France-KLM, vivent un supplice en Bourse et ont vu leur capitalisation fondre en quelques jours.

La désorganisation des chaînes de production du fait des mesures de confinement conduit de plus en plus d'entreprises à réduire ou même à suspendre complètement leur production pour abaisser leurs coûts.

Renault, PSA, Michelin, ont ainsi annoncé la fermeture de leurs usines en France, et Airbus a suspendu sa production dans le pays et en Espagne pendant quatre jours.

- "Solidarité" -

Lundi soir, Emmanuel Macron avait déjà annoncé que l'Etat allait garantir à hauteur de 300 milliards d'euros les prêts bancaires contractés par les entreprises auprès des banques.

"Aucune entreprise ne sera livrée au risque de faillite", a-t-il promis, en insistant notamment sur le soutien de l'Etat aux petites entreprises.

Pour celles-ci, et également pour les micro-entrepreneurs et les travailleurs indépendants, Bruno Le Maire a détaillé l'action du "fonds de solidarité", annoncé la semaine dernière.

Doté de 2 milliards d'euros, il soutiendra ceux qui "ont perdu, entre mars 2019 et mars 2020, 70% de leur chiffre d'affaires". "On va faire simple. On va faire massif et on va faire solidaire", a souligné le ministre de l'Economie.

Le président de l'organisation nationale des Chambres de commerce et d'industrie CCI France, Pierre Goguet, a salué dans un communiqué "un plan massif (...) qu'il était impérieux de mettre en place".

Conséquence logique de cette mobilisation d'ampleur: la dette publique dépassera la barre des 100% du PIB cette année, a prévenu Bruno Le Maire.

Plombé par le recul de l'activité et les dépenses de soutien aux entreprises, le déficit public devrait lui grimper à 3,9% du PIB selon les prévisions du gouvernement, a annoncé le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin aux Echos. Avant l'épidémie, le gouvernement comptait le ramener à 2,2% du PIB après 3,1% l'an dernier.

mots clés de l'article : santé , épidémie , gouvernement , finance , croissance , budget , virus , indicateur