Métropole par Paris (AFP) , mardi 13 octobre 2020 à 09:42

Journal de bord d’un réanimateur : "Il manque médecins, infirmiers, aide-soignants"

image description
image description

Praticien dans un hôpital de la région parisienne, en première ligne depuis janvier pour traiter les patients atteints de formes graves du Covid-19, un anesthésiste-réanimateur livre chaque semaine pour l’AFP, sous couvert d’anonymat, son journal de la crise sanitaire.

"Rebelote. Comme au printemps dernier, nous avons créé la semaine dernière une nouvelle unité de réanimation pour patients Covid. On essaye de remplir tant bien que mal une liste de garde supplémentaire dédiée à cette nouvelle réanimation, alors que nos listes de gardes habituelles ont déjà du mal à se remplir.

Comme en mars, les choses se font un peu dans l'urgence de l'annonce du plan blanc (qui prévoit notamment déprogrammation d'activités et réaffectation des effectifs en interne, NDLR) et dans le stress de devoir accueillir des flots de patients.

Nous sommes entrés dans une nouvelle phase de cette histoire. On ouvre des lits. On tente de mettre des médecins et des infirmiers supplémentaires, avec les moyens du bord. On reprend les déprogrammations, sans gaîté de coeur. Il n'y a pas d'autre choix pour dégager du personnel et des lits d'hospitalisation. Qui doit en payer le prix ? Je ne sais pas.

On voit au jour le jour les patients dont il faut et dont on peut s'occuper en réanimation, ceux qui n'ont pas le Covid et qui ont "le droit" de venir se faire soigner à l'hôpital, ceux qui devront attendre un peu pour se faire diagnostiquer et soigner parfois d'une maladie grave. La société a fait un choix. Celui de prioriser l'urgence sanitaire. Nous en sommes les acteurs.

- Plus de sérénité -

Nous en constatons aussi les effets secondaires. On parle de plusieurs mois de retard de prise en charge de certaines pathologies graves telles que les cancers, ainsi qu'une surmortalité notable. En mars, nous étions protégés par le confinement, qui avait engendré une sorte de mise en hibernation de toutes les pathologies autres que le Covid. En octobre, on fait comme on peut.

On nous annonce une marée de malades à prendre en réanimation. On n'écoute plus tellement ce qu'on nous dit. Il y a les modèles épidémiologiques et le terrain. Il y a les annonces de l'ARS (Agence régionale de santé, NDLR), du gouvernement et la réalité dans les services de médecine. Il y a les promesses et les conséquences de ne les avoir point tenues.

Le matériel, on l'a mais il manque des médecins, des infirmiers, des aide-soignants. Un curieux sentiment que nos responsables politiques n'ont pas tellement pris acte des difficultés à l'hôpital.

Nous sommes tout aussi inquiets qu'en mars, résignés, mais peut être plus détendus. Si nous ne savons pas où la pandémie va nous mener, nous avons au moins pour nous de savoir un peu mieux où nous pouvons mener les patients hospitalisés dans nos services de réanimation.

Les patients sont globalement les mêmes, mais on s'autorise à les soigner avec un peu plus de sérénité. On connaît mieux l'évolution, les traitements potentiellement utiles, l'intérêt parfois de persévérer plusieurs semaines.

Début septembre, nous avons reçu un message d'un patient qui avait passé près de 4 semaines sous assistance respiratoire en réanimation. Son état était extrêmement grave. Aujourd'hui, il va bien."

mots clés de l'article : santé , épidémie , hôpitaux , virus

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis