Grève du ramassage des ordures : Marseille demande la réquisition

© afp.com - GERARD JULIEN

La métropole Aix-Marseille-Provence a annoncé qu’elle allait lancer dès jeudi une procédure de réquisition de ses agents en grève contre la réforme des retraites, pour évacuer les 3.000 tonnes d’ordures en souffrance dans les rues de la cité phocéenne.

Pour "maintenir un espace public en bon état tout en limitant les nuisances, et compte tenu des risques sanitaires", la métropole "a demandé au préfet de région de procéder à la réquisition du personnel gréviste", selon un communiqué.

La grève de ces agents, essentiellement des conducteurs de bennes mais qui ne représentent qu'une quarantaine de personnes soit 1 à 2% des agents de la propreté selon la métropole, a débuté le 23 janvier.

Des blocages de sites ont été organisés, selon la métropole avec le renfort de militants de la CGT travaillant dans d'autres secteurs. Ils ont pu être levés par la police, mais 3.000 tonnes d'ordures ménagères jonchent toujours les rues de Marseille.

"La collecte se fait mais on ne peut pas rattraper le retard", malgré le recours à 110 bennes de prestataires privés qui assurent 40% du service, a expliqué lors d'une conférence de presse Roland Mouren, vice-président de la métropole délégué à la propreté.

"Ce sont les Marseillais qui subissent cette situation, alors que ce n'est pas notre compétence", a déploré de son côté Jean Montagnac, un autre vice-président de la Métropole. "Aujourd'hui, leurs revendications, c'est les retraites, et les retraites c'est pas nous ! (...) Qu'ils aillent plutôt bloquer Matignon ou l'Elysée !", s'est-t-il exclamé.

mots clés de l'article : environnement , déchets , Grèves