Décès de Patrick Le Lay, ex-dirigeant emblématique de TF1

© afp.com - FRANCOIS GUILLOT

Patrick Le Lay, l’ancien PDG du groupe de télévision TF1, qui aura marqué l’histoire du paysage audiovisuel français en hissant la chaîne au sommet des audiences, est décédé à l’âge de 77 ans.

Patron à poigne, Patrick Le Lay avait dirigé la première chaîne pendant deux décennies, de 1988 à 2008, dans la foulée de la privatisation de l'ancienne première chaîne publique au profit du groupe Bouygues.

Pour le président du CSA, Roch-Olivier Maistre, il était "au nombre des grands patrons qui ont construit le paysage audiovisuel tel que nous le connaissons aujourd’hui".

Cet ingénieur de formation avait été chargé au sein du groupe de construction de préparer la candidature à cette privatisation, intervenue en 1987, avant d'en prendre les rênes l'année suivante.

A ce poste, il avait transformé la chaîne en leader de la télévision en France, grâce à des émissions grand public drainant une large audience, une position qu'elle conserve encore aujourd'hui malgré une concurrence démultipliée.

Et surtout, il avait fait de TF1 une machine à engranger les recettes publicitaires, non sans s'attirer des critiques.

- "Temps de cerveau" -

Sa formule choc "ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau disponible", citée dans un livre paru en 2004, lui a ainsi longtemps été reprochée, même s'il avait assuré que ses déclarations avaient été sorties de leur contexte.

Ce Breton très attaché à sa région avait par ailleurs présidé le Stade rennais, au début des années 2010.

C'est son fils Laurent-Eric Le Lay, qui travaille lui aussi à la télévision, qui a annoncé mercredi son décès sur Instagram.

"Hier c'était la Saint Patrick, nous avons pu te souhaiter ta fête quelques instants avant que tu ne fermes les yeux. Ton combat contre la maladie aura été homérique...", a-t-il écrit dans un texte accompagnant un portrait de son père.

De nombreuses figures des médias ont réagi à sa disparition, à commencer par l'actuel PDG du groupe TF1, Gilles Pélisson.

"Patrick Le Lay a été un visionnaire pour le monde de la télévision moderne, un grand chef d’entreprise et un entrepreneur audacieux qui a su créer les fondations solides d’un groupe de télévision privé, sur lesquelles nous continuons de bâtir aujourd’hui. Toutes mes pensées vont à sa famille et à ses proches", a-t-il dit dans une déclaration à l'AFP.

- Concurrent redoutable -

"Mes pensées vont ce soir à la famille de Patrick Le Lay avec qui j'avais des liens de confiance et d’amitié. Il a été l’artisan de la privatisation de TF1. C’était un homme de conviction, parfois rude mais toujours attaché aux autres. C’est quelqu’un que j’aimais profondément", a écrit de son côté Martin Bouygues, le PDG de la maison mère de TF1, sur Twitter.

"TF1 est une grande maison, nous le lui devons. Un chef intraitable mais juste", a salué Jean-Pierre Foucault, animateur star des années Le Lay.

"Un vrai patron, un concurrent redoutable : nous avions appris à nous respecter", lui a rendu hommage Nicolas de Tavernost, le dirigeant du groupe M6.

"Patron rigide et exigeant, rude breton, il n'avait qu'une parole le contraire d'un tordu", a aussi témoigné aussi le journaliste Bruno Masure.

mots clés de l'article : décès , médias , télévision , entreprises , dirigeants , publicité