Métropole par Paris (AFP) , mercredi 11 novembre 2020 à 13:52

Covid-19 : les médecins généralistes en flux tendu

image description
image description

Malades en nombre, gestion chronophage des cas contacts et arrivée des pathologies hivernales : la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19 pèse lourd sur le quotidien des médecins généralistes qui travaillent en flux tendu.

Déjà début septembre, Michaël Rochoy, généraliste à Outreau (Pas-de-Calais) enregistrait une hausse de son activité de 30% par rapport à l'année précédente. Et "depuis 2 semaines", il fait face à "une nette accélération du nombre de cas positifs et de cas contacts".

"Les chiffres qui défilent de journée en journée sont essentiellement centrés sur la médecine hospitalière, la pointe de la pyramide", regrette Jean-Paul Ortiz, numéro un de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF). "Mais les médecins libéraux ont vu dans leurs cabinets des dizaines et des dizaines de milliers de patients suspects Covid", soulignait-il mardi au cours d'une visioconférence de presse, se disant "inquiet de la tournure des événements".

Aux malades du Covid-19 de plus en plus nombreux s'ajoute la gestion des cas contacts: "actuellement, c'est ce qui me prend le plus de temps", note Michaël Rochoy. "Je peux avoir jusqu'à 5 à 10 appels de personnes me demandant j'ai été contact, qu'est ce que je dois faire ?".

Délivrance d'arrêt maladie en ligne, prescriptions, consignes ... les actes s'enchainent. Auxquels s'ajoutent les bases de données médicales spécial Covid à remplir, notamment pour les médecins qui se chargent des test antigéniques. "C'est un temps administratif qui est énorme. Honnêtement, ça double le temps de consultation", juge Margot Bayart, médecin généraliste au sein d'une maison de santé de la commune rurale de Réalmont, dans le Tarn.

Or cette fois, la vague de contaminations s'ajoute aux pathologies hivernales, avec leur lot de gastro-entérites et bientôt de grippes. Sans oublier les patients chroniques. Avec un impératif: "ne pas passer à côté des pyélonéphrites, les infections urinaires qui tournent mal, des méningites, des tentatives de suicide ...", qui engorgeraient encore davantage les hôpitaux si elles n'étaient pas prises à temps, explique Margot Bayart.

L'impact de la baisse de prise en charge des malades lors de la première vague s'est avéré important, incitant les organismes de santé à régulièrement rappeler que la situation épidémique ne devait pas empêcher les personnes de se soigner, d'aller voir leur médecin.

- "potentiellement tous Covid" -

"Toute la difficulté est de gérer les potentiels Covid parmi ces pathologies", ajoute Margot Bayart, également vice-présidente du syndicat de médecins généralistes MG France. "Il faut partager au maximum les flux", tout en gardant à l'esprit que les patients "sont potentiellement tous Covid".

Si la majorité d'entre eux suivent les recommandations et préviennent ou télé-consultent s'ils ont des symptômes, il reste toujours les asymptomatiques et ceux qui, au cours d'une consultation de routine... indiquent qu'ils toussent.

Et les médecins se retrouvent également à nouveau face à une situation catastrophique dans certaines Ehpad où "ça flambe", s’inquiète Jean-Paul Ortiz. "J'ai deux Ehpad qui sont dans une souffrance majeure", alerte Margot Bayart. Un constat que partage l'agence régionale de la Santé (ARS) d'Occitanie pour qui la situation dans ces établissements est "extrêmement critique".

"On en est même à se dire que l'on va refaire des astreintes de nuit", note Margot Bayart.

Pour gérer tout cela, certains médecins enchainent le soir avec des réunions, échangent sur les réseaux. Le syndicat de médecins généralistes MG France dénonçait depuis plusieurs mois l'absence de stratégie face à l'épidémie de Covid-19 et réclamait un cadre et des recommandations précises. Cette semaine, la Haute autorité de santé (HAS) a publié deux articles à leur intention, "un début de réponse" pour MG France.

Sans oublier que la crise sanitaire "se greffe sur une pénurie de médecins, une démographie médicale en berne", ajoute Michaël Rochoy.

mots clés de l'article : social , santé , épidémie , virus

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis