Métropole par Paris (AFP) , vendredi 13 novembre 2020 à 20:59

Chez les commerçants, la colère... et la grande peur de l’avenir

image description
image description

"On a envie d’être là dans cinq ans, dans dix ans" : au-delà de la colère immédiate et des inquiétudes sur les ventes pour la fin d’année, certains commerçants, durement éprouvés par le reconfinement, vont jusqu’à poser la question de leur avenir à plus ou moins long terme.

Il y a de la "colère", mais aussi beaucoup d'inquiétude. Pour Lola Mourier, qui tient depuis 15 ans une petite boutique de prêt-à-porter dans le cœur historique d'Arles (Bouches-du-Rhône), "la colère ne sert à rien. On n'est pas les seuls à être dans ce cas-là, on le voit au niveau européen et mondial".

"S'il faut en passer par là pour pouvoir avancer et après revivre plus normalement plus tard, il faut le faire", confie-t-elle à l'AFP vendredi. "Il ne faut pas oublier aussi qu'il y a des gens à l'hôpital, qu'il y a des personnels soignants qui se battent au quotidien", qui "ont plus de raisons d'être en colère que nous, je pense."

- "Ci-gît le commerce" -

Malgré tout, se pose la question de l'avenir du commerce: "On a envie d'être là dans cinq ans, dans dix ans et on a envie que les autres s'en sortent aussi parce qu'il faut que les autres tiennent pour l'attractivité du centre-ville", explique-t-elle encore.

"On sent des commerçants inquiets pour leur avenir", estime aussi Stéphane Paglia, président de la Chambre de commerce et d'industrie du pays d'Arles. "Pour les hôteliers-restaurateurs dans une ville touristique comme Arles, il y a une grande anxiété car on ne voit pas de perspective claire. Lors du premier confinement, il y avait de l'allant pour repartir mais maintenant c'est plus dur."

Jean Castex a indiqué jeudi que, "si les données sanitaires le permettent", "des premières mesures d'allègement pourrait intervenir à compter du 1er décembre", "strictement limités aux commerces". Mais peu de commerçants trouvent leur compte dans ces annonces, et surtout pas le secteur de l'hôtellerie-restauration, pour lequel n'existe "aucune espérance de réouverture rapide", dixit l'Union des métiers des industries de l'hôtellerie.

A Nantes, entre 120 personnes selon la police et 300 personnes selon l'association "Plein centre" se sont réunies vendredi sur la place du Commerce pour déposer une gerbe de fleurs: "Ci-gît le commerce nantais". Tout autour de la place, des commerçants avaient placardé cette affiche sur leurs devantures fermées.

"Je suis en décoration, ameublement, cadeau, autant vous dire que le mois de novembre, ça pèse deux mois et demi de chiffre d'affaires", a expliqué à l'AFP Sandrine Wroblewski. "C'est irrécupérable, d'être fermé comme ça en deux jours avec rien pour se retourner, c'est insupportable. On a le sentiment d'une profonde injustice, parce qu'on est considérés comme nonessentiel, il y a une espèce de dédain qui est très difficile à vivre."

- "L'ambiance se tend" -

"On espérait tous un petit peu, on est déçus", réagit Sophie Gondreau, gérante d'un magasin de chaussures pour enfants à Grenoble. "Le gouvernement a beau nous proposer des aides, c'est mieux que rien, mais on voudrait bosser."

"Castex a été catégorique sur le fait que les mariages resteraient limités à six personnes, il n'a même pas laissé entrevoir un espoir", déplore aussi Brigitte Poupon, propriétaire depuis 32 ans d'une boutique de robes de mariées et de cocktails à Dijon. Et "quand bien même on rouvrirait le 1er décembre, le maintien de l'attestation empêchera certains de mes clients qui viennent de loin de se déplacer."

"Les plus en souffrance sont ceux qui ont créé ou repris un commerce il n'y a pas très longtemps", alerte aussi Patrick Seguin, président de la CCI Bordeaux-Gironde. "Là, on est en train de créer de la paupérisation. L'ambiance se tend. Certains parlent de manifestations".

"La colère gronde de plus en plus", estime aussi Thierry Radice, de l'association de commerçants "Les vitrines d'Annecy". "Les gens ont l'impression qu'il y a deux poids deux mesures entre les petits commerces et les grandes surfaces avec des règles sanitaires qui ne sont pas similaires". Mais "fermer les grandes surfaces, qui ont bénéficié du premier confinement de manière considérable", comme il le demande, serait-il suffisant pour apaiser les colères et les craintes?

burs-cda/tq/eb

mots clés de l'article : tourisme , santé , épidémie , gouvernement , textile , distribution , Restauration , consommation , hôtellerie , PATRONAT , virus

Publicité
Publicité
Publicité

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Publicité

Liens commerciaux

Pourquoi acheter en ligne
image description Promos exclusives
image description Paiement 100% sécurisé
image description Livraison gratuite sous 72h
image description À vos cotés 24h/24
image description 14 jours pour changer d’avis