OrangeCinéday Réunion

SORTIE DE LA SEMAINE
Drame
sortie le 23 avril 2014
Réalisé par : Darren Aronofsky
Acteurs : Russell Crowe, Jennifer Connelly, Emma Watson, Logan Lerman, Anthony Hopkins, …
bande annonce
SORTIE DE LA SEMAINE
Drame
sortie le 23 avril 2014
Réalisé par : Kim Chapiron
Acteurs : Thomas Blumenthal, Alice Isaaz, Jean-Baptiste Lafarge, Karim Ait M'Hand, Marine Sainsily, …
bande annonce
SORTIE DE LA SEMAINE
Action
sortie le 23 avril 2014
Réalisé par : Renny Harlin
Acteurs : Kellan Lutz, Scott Adkins, Liam McIntyre, Liam Garrigan, Johnathon Schaech, …
bande annonce
ACTU CINÉMA
Alors que la sélection officielle du 67ème Festival de Cannes a été dévoilée la semaine passée, les films des diverses sections parallèles ont à leurs tours été annoncés...
CAHIER DU CINÉMA
Sophie Marceau s’impose comme l’une des actrices préférées des Français...
Clients Orange, tous les mardis, profitez
d’1 place de cinéma offerte pour 1 place achetée.
obtenir mon code

toute l’actu cinéma

Cannes 2014 : Adèle Exarchopoulos, Céline Sciamma et Mélanie Laurent sur la Croisette

Alors que la sélection officielle du 67ème Festival de Cannes a été dévoilée la semaine passée, les films des diverses sections parallèles ont à leurs tours été annoncés. L’occasion pour nous de faire un point sur ces différentes sélections. 

Un an après son sacre pour La Vie d’Adèle, la révélation cannoise 2013 Adèle Exarchopoulos reviendra sur la Croisette en mai prochain pour y défendre Qui Vive, le premier long-métrage de Marianna Tardieu. Présenté dans la section parallèle de l’ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion), ce drame racontera l’histoire de Chérif ( Reda Kateb ), un trentenaire travaillant comme vigile en attendant d’obtenir son concours d’infirmier et contraint de subir le harcèlement d’une bande de jeunes. Adèle Exarchopoulos y campera Jenny, sa petite amie. On rappelle que l’ACID a notamment permis de révéler des films comme Donoma ou La Bataille de Solférino. 

La Quinzaine des Réalisateurs, section non-compétitive dont l’objectif est de faire connaître des jeunes cinéastes encore peu connus du public, a également révélé sa prochaine sélection. Celle-ci s’ouvrira cette année sur la projection de Bande de filles, le troisième long-métrage de Céline Sciamma (Tomboy), qui s’intéresse une nouvelle fois à l’adolescence. Parmi les autres films présentés, on retrouvera notamment Queen and Country de John Boorman , National Gallery de Frederick Wiseman , Alleluia de Fabrice du Welz , Cold in July de Jim Mickle avec Michael C. Hall, Le Conte de la Princesse Kaguya d’ Isao Takahata , ou encore Whiplash, le lauréat du Grand Prix de Sundance cette année signé Damien Chazelle avec Miles Teller. L’an dernier, la Quinzaine avait permis de révéler Les Garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne, lauréat de cinq César depuis. 

Enfin, la Semaine de la Critique s’annonce également très riche et très diversifiée. Djinn Carrénard (Donoma) y présentera notamment son second long-métrage, Faire l’amour, en ouverture. Des films comme It Follows de David Robert Mitchell , Hope de Boris Lojkine ou encore Self Made de l’Israélienne Shira Geffen seront ensuite projetés en compétition tandis que Respire, deuxième film de Mélanie Laurent en tant que réalisatrice, y sera projeté en séance spéciale. 

Crédit photo : Abaca

Steven Spielberg et Tom Hanks : les retrouvailles pour un thriller sur la Guerre Froide ?

Une décennie après avoir tourné Le Terminal, Steven Spielberg et Tom Hanks pourraient prochainement collaborer une nouvelle fois ensemble pour un thriller sur fond de Guerre Froide si l’on en croit Variety. 

Si Le Terminal avait moyennement convaincu à sa sortie, le duo avait toutefois largement brillé auparavant avec Il faut sauver le soldat Ryan - Oscar du meilleur réalisateur en 1999, Arrête-moi si tu peux en 2003, ou encore par leur travail de producteurs sur la mini-série Band of Brothers (Frères d’armes). On ne peut donc que se réjouir d’apprendre que Steven Spielberg et Tom Hanks pourraient bientôt se retrouver pour le grand écran. Pour l’instant, rien n’est encore confirmé puisque Spielberg est seulement rattaché au projet en tant que producteur via sa société Dreamworks. Le cinéaste, dont l’agenda reste désespérément vide depuis quelque temps, serait toutefois intéressé pour en assurer la mise en scène lui-même.

Tom Hanks de son côté, aurait déjà signé pour en tenir le rôle vedette. Il y incarnerait alors James Donovan, un avocat américain engagé par la CIA pendant la Guerre Froide pour négocier la libération de Gary Powers, un pilote prisonnier des Soviétiques depuis que son avion espion U-2 a été abattu au-dessus de la Russie. Un pitch sur lequel Hanks et Spielberg pourraient sans doute faire des merveilles au vu de leurs antédécents. Encore sans titre, ce projet s’inspire de faits réels et a été scénarisé par Matt Charman, qui a déjà travaillé sur un film de guerre en écrivant Suite Française. Voilà en tout cas un projet qui a tout pour s’annoncer des plus prometteurs. Reste désormais à espérer que Spielberg en fasse effectivement son prochain long-métrage...

Crédit photo : Abaca

Leonardo DiCaprio en Steve Jobs pour Danny Boyle ?

Quatorze ans après leur première collaboration sur La Plage, Danny Boyle et Leonardo DiCaprio pourraient prochainement se retrouver pour le biopic sur Steve Jobs actuellement développé par Sony. 

Après avoir appris la semaine dernière que David Fincher ne réaliserait finalement pas le projet, c’est un tout autre cinéaste qui pourrait en hériter. Le Hollywood Reporter assure ainsi que Danny Boyle serait en pleines négociations avec le studio pour lui succéder et aurait déjà une idée très précise de l’acteur qu’il souhaiterait voir prêter ses traits au mythique fondateur d’Apple : Leonardo DiCaprio. Danny Boyle espère en effet trouver là l’occasion de diriger une nouvelle fois la star, qui semble décidément ne pas manquer de projets.

On rappelle que David Fincher, rattaché au film jusqu’à la semaine dernière, avait de son côté fait part de son désir d’engager Christian Bale dans le rôle-titre. Mais, trop gourmand pour Sony (il aurait réclamé 10 millions de dollars), le cinéaste voyait finalement le projet lui échapper. Une vraie déception pour de nombreux cinéphiles pour qui Fincher s’imposait comme le réalisateur rêvé, lui qui s’est notamment illustré en signant The Social Network. D’autant plus que le scénario du biopic sur Jobs a été écrit par Aaron Sorkin, à qui l’on doit déjà le film sur Facebook.

Quoi qu’il en soit, l’arrivée de Danny Boyle et de Leonardo DiCaprio sur le projet pourrait également rassurer les cinéphiles, de plus en plus sceptiques après le flop Jobs porté par Ashton Kutcher l’an dernier. Le THR précise toutefois que rien n’est encore signé pour le moment, tant du côté du cinéaste que de l’acteur. Si l’info est confirmée, Sony aura donc la lourde tâche de réussir à caser ce biopic dans l’agenda déjà très chargé de Leonardo DiCaprio, attendu entres autres, dans Raspoutine, King Harald, Wilson, Legacy of secrecy ou encore The Revenant. 

Crédit photo : DR

Lisa Azuelos : "Une Rencontre mêle Inception, Wong Kar-Wai et Claude Sautet"

Cinq ans après le succès public et critique de Lol (laughing out loud), Lisa Azuelos dirige une nouvelle fois Sophie Marceau dans Une Rencontre , romance envoûtante également portée par François Cluzet . Elsa, écrivain, et Pierre, avocat, se croisent lors de la soirée de clôture d’un salon du livre et tombent sous le charme l’un de l’autre. Sauf que Pierre est marié depuis quinze ans et heureux dans son couple. À l’occasion de la sortie du film, ce mercredi 23 avril, nous avons eu le plaisir de rencontrer Lisa Azuelos, scénariste, réalisatrice et interprète du film, qui a accepté de nous en dire un peu plus sur la genèse du projet. 

L’alchimie entre Sophie Marceau et François Cluzet est incroyable à l’écran. Avez-vous écrit le scénario d’Une Rencontre en pensant à eux ?Oui, j’avais envie de ce couple improbable, qui ne s’était jamais rencontré. Ça permettait d’offrir une vraie rencontre et pour le public et pour l’histoire. Je trouvais cette rencontre intéressante.

François Cluzet incarne ici un héros romantique, rôle dans lequel nous n’avons pas l’habitude de le voir. Pourquoi avoir pensé à lui ?C’est le hasard de la vie. Je ne sais pas pourquoi mais ça m’a sauté aux yeux : François était LA bonne personne pour incarner ce personnage. C’est quelqu’un qui n’a pas peur d’aller au devant des femmes et d’aimer. C’est un être humain formidable qui je pense, peut plus facilement aimer que d’autres acteurs.

Était-il surpris que vous lui proposiez un tel rôle ?Oui, il était très surpris, il m’a dit : "Mais pourquoi moi ?" Je lui ai répondu : "Je ne sais pas, mais je le sens !" C’est aussi un métier d’instinct...

L’instinct justement, c’est aussi ce qui vous a poussé à entrer dans le rôle d’Anne...Oui, c’est vrai. Tout le monde me disait : "Mais non, tu ne peux pas faire ça, c’est pas possible, tu vas mettre ton film en danger. Tu n’as jamais joué, ça va être nul, arrête, c’est un grand rôle, etc..." Et puis, par instinct, je savais que c’était moi qui devais le faire.

Et quel regard avez-vous eu, en tant que réalisatrice chevronnée, sur l’actrice débutante que vous êtes ? N’avez-vous pas été trop critique envers vous-même ? Comment avez-vous réussi à trouver la bonne distance ?C’est bizarre en fait mais j’ai toujours trouvé la distance nécessaire. D’ailleurs, je ne m’y attendais pas, je pensais que ça me ferait souffrir de me voir au combo, ou au contraire qu’il ne fallait pas que je m’y vois, ou que je m’y vois beaucoup pour corriger, et vraiment, ça s’est fait facilement. C’est très étrange, j’ai fait ce truc là très facilement alors que je m’en faisais une montagne ! 

N’était-ce pas difficile pour vous d’interpréter ce rôle étant donné qu’Une Rencontre s’inspire beaucoup de votre propre expérience ?J’ai été mariée pendant dix ans, donc c’est vrai que je savais de quoi je parlais. Mais non, ce n’était pas dur, ça m’a même fait du bien parce que j’étais célibataire depuis dix ans, et du coup, de me retrouver dans un couple qui s’entend bien, j’ai trouvé ça super agréable et ça m’a fait du bien, c’était une bonne thérapie pour moi de me dire "en fait, ça peut être bien aussi à deux".

Quels ont été vos films références pour travailler sur Une Rencontre ?À la fois les films de Claude Sautet, Inception [de Christopher Nolan, ndlr] et Wong Kar-Wai pour My Blueberry Nights.

On parlait de vous en tant qu’actrice. Pourriez-vous vous imaginer jouer pour quelqu’un d’autre ? Ça dépend du quelqu’un d’autre. Jouer, c’est à peu près aussi intime que de faire l’amour donc je suis ok pour être multi-partenaires (rires), pourquoi pas, mais il faut quand même qu’il y ait une vraie confiance. Et j’ai un peu peur de donner ça à quelqu’un en fait.

Comment avez-vous découvert cette notion de "l’amour quantique" qui est au cœur du film ?Je m’intéresse beaucoup à toutes les questions de mondes parallèles, de recherches sur le cerveau - qui sont de plus en plus impressionnantes aujourd’hui avec le développement d’intelligences artificielles - et tout ce qu’on découvre en médecine quantique... J’ai toujours entendu parler de physique quantique parce que mon père était chercheur et quand je vois ce qui est en train de se découvrir, ça correspond tellement à ce en quoi je crois que j’avais envie de m’y intéresser. Je sens bien que l’amour n’est pas forcément dans un "one to one" exclusif, c’est pas ça l’amour. L’amour, c’est une dimension éternelle. Quand les religions parlent d’amour, c’est comme un remède ou un médicament. C’est tellement puissant que ça ne peut pas être le si petit truc qu’on croit que c’est. Et cette multi-dimensionnalité là, c’est ça que j’avais envie d’exprimer avec ce film.

Et c’est justement en approfondissant cette notion d’amour quantique que vous est venue l’idée d’Une Rencontre ?Oui, entre autres. J’aime bien l’idée de jouer avec la réalité, la fiction, le cerveau, ce qu’on s’imagine, ce qui existe vraiment. Peut-être qu’en fait ce qu’on s’imagine ou ce qu’on a rêvé qui allait arriver, c’est déjà arrivé ou ça va arriver après. Est-ce qu’on crée sa réalité ? Si oui, comment ? Toutes ces questions là me fascinent.

C’est votre deuxième collaboration avec Sophie Marceau. Jamais deux sans trois ?J’aimerais beaucoup la retrouver encore. Je l’adore.

Avez-vous déjà des projets ?Pas pour l’instant.

Propos recueillis par Pauline Julien

Crédit photo : DR

les cahiers du cinéma

tous les cahiers du ciné

Sophie Marceau, icone romantique du cinéma français

10 films où la fête dégénère...

Vanessa Paradis, "divine" actrice du cinéma français