Chez nous : le film qui met en colère le FN 3 janvier 2017

Après la polémique "À bras ouverts" avec Christian Clavier, voilà un autre film qui n’a sans doute pas fini de faire parler de lui. "Chez nous" de Lucas Belvaux, dont la première bande-annonce a été dévoilée sur la Toile, s’est en effet attiré les foudres de plusieurs personnalités du Front national.

Le prochain long-métrage de Lucas Belvaux n’est pas du goût de tout le monde. En cause, le sujet de "Chez nous", qui s’intéresse à la façon dont les dirigeants d’un parti extrémiste vont profiter de la popularité d’une infirmière à domicile élevant seule ses deux enfants (Émilie Dequenne) pour faire d’elle leur candidate aux élections municipales. Le tout sous la houlette d’une certaine Agnès Dorgelle, une femme de poigne blonde à la tête du parti Bloc patriotique, dont la ressemblance avec Marine Le Pen n’est évidemment pas anodine.

Le FN grince des dents

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la première bande-annonce du film n’a pas franchement fait l’unanimité dans les rangs du Front national. Florian Philippot, le vice-président du parti, s’est notamment insurgé en découvrant les images de "Chez nous", estimant "proprement scandaleux qu’en pleine campagne présidentielle, à deux mois du vote, on sorte dans les salles françaises un film qui est clairement anti-FN". Même son de cloche du côté de Steeve Briois, le maire de Hénin-Baumont - dont la commune a clairement inspiré le décor du long-métrage, une petite ville baptisée Hénard - qui n’hésite pas à insulter la comédienne Catherine Jacob au passage. "Pauvre Marine Le Pen, qui est caricaturée par ce pot à tabac de Catherine Jacob. Un sacré navet en perspective !", a-t-il ainsi commenté sur Twitter. Le député du Gard Gilbert Collard s’est quant à lui laissé aller à une comparaison plus que douteuse en écrivant : "Émules de Goebbels, les productions du système produisent ’Chez nous’, à nos frais, film de propagande anti-FN : rideau !"

Un cinéaste surpris et amusé

Face au buzz provoqué par cette première bande-annonce, Lucas Belvaux a été invité à réagir au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC/BFMTV. Dénonçant tout d’abord le fait que les détracteurs du film n’en aient vu que la bande-annonce, le cinéaste belge a ensuite regretté que cette polémique "évite le débat sur le fond du film", en précisant : "Ce n’est pas tant un film anti-FN qu’un film sur le discours populiste et sur comment les gens s’engagent, sur ce qu’est la politique aujourd’hui."

[EMBED url="http://video-streaming.orange.fr/actu-politique/bande-annonce-chez-nous-CNT000000A6eB6.html"]

"C’est un film fait pour provoquer la discussion, pas pour provoquer le FN ou la peur du Front national", s’est encore défendu Lucas Belvaux. Avant de conclure : "Ce qui m’a amusé dans la réaction de Philippot et de Steeve Briois, c’est qu’ils me taxent de caricature, alors que mes personnages sont finalement moins caricaturaux qu’eux. La brutalité de leur discours m’a surpris. Les personnages du Bloc patriotique dans mon film sont moins violents que ça." "Chez nous" sortira en salle le 22 février prochain.

autres actualités