Les policiers en ont en ras la casquette

PHOTO IMAZ PRESS Réunion

Ce mercredi 26 avril 2017, le syndicat SGP Police FO monte au créneau en organisant une mobilisation face à la préfecture. Prévue entre les deux tours de l’élection présidentielle, cette manifestation a pour but d’interpeller le futur président à "prendre des mesures concrètes en faveur de la police nationale". Depuis le début de l’année, les fonctionnaires réunionnais ont connu plusieurs agressions : deux d’entre eux ont été aspergés de désherbant en début de semaine alors qu’ils intervenaient sur l’incendie d’une maison. La semaine dernière, un autre a été frappé par un détenu à l’hôpital de Bellepierre. Cette suite d’événements inquiète le syndicat des forces de l’ordre qui déplore "un manque de protection" (Photo d’illustration)

Dans la nuit du lundi 17 au mardi 18 avril 2017, deux policiers sont aspergés de désherbant à Saint-André. Ils sont en intervention sur l’incendie d’une maison et assistent les sapeurs-pompiers. Une nouvelle agression que déplore le syndicat SGP Police FO : "Nos collègues ont été aux urgences. Des radios du poumon et des organes ont été faites pour voir s’il n’y avait pas eu de dégâts intérieurs... Ils ont aussi reçu un traitement de 15 jours pour irritations oculaires" raconte le syndicaliste Stéphane Lebreton.

À peine quelques jours plus tôt, c’est au coeur de l’hôpital de Bellepierre qu’un fonctionnaire était agressé dans l’exercice de ses fonctions. Alors qu’il effectuait une mission de garde de détenus, il a violement été frappé avec un objet métallique, une perche destinée aux produits de perfusion, par un prisonnier. Le policier s’en est sorti avec de "graves blessures", indique le syndicat Unsa Police. En début d’année, un chauffard aurait également foncé sur des effectifs de la Bac (Brigade anti-criminalité), selon SGP Police.

Une suite d’événements qui inquiète les forces de l’ordre et qui a poussé le syndicat à organiser une manifestation ce mercredi 26 avril, entre les deux tours de l’élection présidentielle. L’objectif : "interpeller et obliger le futur président de la République à prendre des mesures concrètes et agir en faveur de la police nationale". Selon Stéphane Lebreton, les policiers "en ont ras le bol" de cette situation. "On n’est pas à l’abri, on est agressé pour n’importe quelle excuse..." estime le syndicaliste.

Une "montée de la violence" et un "manque de protection" qui inquiètent les policiers. Ils tiennent ainsi à demander davantage de "protection et reconnaissance". Ce mardi, le syndicat est déjà monté au créneau au sujet de la situation du commissariat du Port, où les fonctionnaires travailleraient dans des conditions "éprouvantes et à la limite du tolérable". L’appel de police secours, le 17, a provisoirement été arrêté dans la commune de l’ouest. Une bouteille à la mer que les policiers lancent en espérant se faire entendre.

mp/

mots clés de l'article : Unsa , police , Alliance , fonctionnaires , syndicat , Incendie , agressions , forces de l’ordre , désherbant , Actus Reunion , SGP Police FO

à voir également en vidéo

newsletter actu Réunion

le meilleur de l’actualité péi, sélectionnée pour vous : actu, buzz vidéo, sorties ciné…

suivez-nous