"Pour Freddy Thévenin, c’est l’année ou jamais pour gagner le Grand Raid"

photo imaz press reunion

Cette année encore, les coureurs de la Diagonale des Fous croiseront la route de Jacky Murat. Figure emblématique du Grand Raid, le coureur de la Plaine des Palmistes est resté célèbre pour avoir été déchu de son titre en 1994, pour ne pas avoir pointé à deux points de contrôles. Deuxième en 1990 et 1996, puis quatrième en 2001 et 2003, il revient avec nous sur la grande traversée de 2008. Et croit bien en la victoire d’un local pour cette édition 2017.

 

En 2008, Jacky Murat arpentait une nouvelle fois les sentiers de La Réunion pour le Grand Raid. Arrivé 115ème, il se souvient "ne s’être que très peu entraîné" pour cette édition. "Je faisais le Grand Raid pour m’entretenir, c’était surtout pour participer" nous confie-t-il, modeste, d’une plus qu’honorable place… à l’âge de 54 ans. 

Jacky Murat se souvient aussi de l’édition 2008 pour son vainqueur. Le dernier réunionnais à avoir remporté la Diagonale des Fous : Pascal Parny. "Il m’avait dépassé, je ne l’ai pas reconnu, je l’ai pris pour un Guadeloupéen" raconte le coureur, amusé. "Il était impressionnant : quand on récupérait dans les sentiers, lui nous dépassait". Une course qui était "plus professionnelle qu’avant", mais "bien moins qu’aujourd’hui" explique l’homme qui travaille actuellement de nuit dans la sécurité. 

À lire aussi : Grand Raid 2001 : "Pascal Parny faisait figure de météorite"

"Concilier le sport et le travail, c’est ce qui est de moins en moins évident, et c’est ce qui fait la différence" analyse le Palmi-plainois. Pour lui, la fatigue se fait sentir quand il "s’entraîne le jour et travaille la nuit". "Ça casse un peu, mais on fait avec", raconte Jacky Murat qui assure vouloir finir "dans les 100 premiers cette année". Pour cette traversée de 2017, "il faudra bien partir, parce que le départ est embarrassant". Bénéficier d’un bon départ, la clé de ce Grand Raid 2017 ? "Si vous perdez deux ou trois minutes dans ce départ, comme tous les coureurs sont sensiblement du même niveau, c’est perdu. Parce que sur les sentiers, il sera trop tard" précise-t-il. De son côté, il "travaille énormément la puissance" pour "suivre le train des favoris au départ". Il se dit être "bien mieux préparé que l’an passé".

Deux fois sur le podium du Grand Raid et deux fois à la quatrième place, Jacky Murat est revenu sur le Grand Raid de 1994, qui l’a vu gagné l’espace de quelques heures avant d’être finalement disqualifié pour un manquement à deux pointages. "Moi je n’ai rien à me reprocher, il y avait eu un souci d’organisation. On ne peut pas revenir en arrière" confie l’homme âgé de 63 ans.

Aujourd’hui, il croit fortement aux chances de victoire du Réunionnais Freddy Thévenin cette année. "Sans les grosses têtes, c’est l’année ou jamais pour gagner le Grand Raid pour lui" affirme-t-il. "Même s’il y a toujours plus de coureurs les favoris ne sont pas là. Si Thévenin gère bien sa course, il peut le faire" lance Jacky Murat, confiant. Et si Pascal Parny se trouvait cette année un successeur ?

À lire aussi : "Si Jornet et D’Haene ne viennent pas, un Réunionnais peut gagner"


hf/

mots clés de l'article : Grand raid

à voir également en vidéo

dossier associé

newsletter actu Réunion

le meilleur de l’actualité péi, sélectionnée pour vous : actu, buzz vidéo, sorties ciné…

suivez-nous