Les salariés et artisans de Bourbon Bois font de la résistance

Depuis plusieurs semaines, les salariés et les artisans de Bourbon Bois ont engagé un bras de fer contre la direction de la société qui envisage sa fermeture. Prêts à tout pour conserver leur emploi, les salariés ont même proposé de reprendre la société via une scop. Une délégation avait été reçue en préfecture le 8 mars dernier pour trouver une solution. Ce vendredi matin, les salariés et artisans de Bourbon Bois se sont regroupés devant le tribunal de commerce de Champ Fleuri, pancartes à la main. "Casse pas nout courage", c’est le message qu’ils adressaient au directeur de la société Yvon Villain qui était convoqué par le tribunal de commerce à 9 heures ce vendredi. Clara Derfla secrétaire générale d’Union Régional 974 précise " on attend la décision de la justice". La Présidente du tribunal de commerce de Saint-Denis a conclu que dans ce dossier "rien ne permet de mettre l’entreprise sous le coup d’une procédure judiciaire".

Les salariés de Bourbon Bois avaient fait entendre leurs voix le 26 mars dernier devant la préfecture. Suite à ce mouvement, une délégation composée de salariés, d’artisans mais aussi des députés Ratenon et Bello avait été reçue en préfecture.

Lire à ce propos  : Une délégation reçue en préfecture, les salariés de Bourbon Bois"i tien bo i larg pas"

Après cette entrevue à la Préfecture, Clara Derfla, secrétaire générale d’UR 974 s’est félicitée de "la volonté de la préfecture à trouver une solution". Elle expliquat "on a discuté de l’aspect purement technique, à la recherche de solutions".

Ce vendredi 6 avril, le directeur de la société a été reçu par le Président du tribunal de commerce de Saint-Denis. Les salariés l’attendaient devant le tribunal pancartes à la main pour dire "non à la faillite organisée", "casse pas nout courage" depuis 7 heures ce matin. Ils espéraient connaître les conclusions du tribunal concernant l’avenir de la société.

Clara Derfla s’exprime sur la raison de leur présence devant le tribunal et espère que ce rendez-vous au tribunal aboutira à une issue pour les 1000 emplois directs et indirects de la société.

 



Le directeur a échangé brièvemet avec les salariés de Bourbon Bois a son arrivée au tribunal. Clara Derfla s’exclame "nou la di a li nou lé la nou veille cosa i sa spasé". Selon elle, le directeur a indiqué qu’il "irait dans le même sens que ses salariés".

- Les arguments pour fermer la société "ne tiennent pas" -

Recontactée après l’entretiendu directeur de Bourbon Bois avec la Présidente du tribunal de commerce de Saint-Denis, Clara Derfla assure "La Présidente du tribunal a conclu qu’il n’ya rien dans le dossier qui permet de mettre l’entreprise sous le coup d’une procédure judiciaire", qui aurait permis sa fermeture. Elle explique "ça veut dire que l’entreprise n’a pas de problèmes de trésorerie contrairement à ce qu’affirme le directeur, elle peut très bien poursuivre sont activité pendant les 6 prochains mois" Elle poursuit "le directeur doit juste approvisionner l’usine et permettre aux salariés de travailler". Selon elle, d’après les conclusions du tribunal de commerce "aucun juge ne peut mettre l’entreprise en procédure de sauvegarde, car la santé financière de la société permet de poursivre l’activité". Les salariés de Bourbon Bois restent mobilisés contre "la mort organisée de leur entreprise", et se tiennent prêts à reprendre le travail.

mots clés de l'article : tribunal de commerce , Clara Derfla , UR974 , grève , Actus Reunion , Bourbon bois

à voir également en vidéo

suivez-nous