[AUDIO] "Les Réunionnais sont encore nombreux à avoir peur de donner leur sang"

Don du sang

Un geste simple, qui peut sauver des vies. En 2016, l’antenne réunionnaise de l’Etablissement français du sang (EFS) comptait quelque 17 000 donneurs dans son fichier. Suffisamment pour assurer les besoins des malades de l’île, mais finalement "trop peu par rapport au nombre de gens qui pourraient faire ce geste", estime Hervé Renard, directeur de l’EFS Réunion. En cette période de fêtes et de vacances scolaires, où les stocks sont traditionnellement plus faibles, le directeur dresse le bilan de l’année écoulée et évoque les pistes pour convaincre toujours plus de Réunionnais.

28 000 dons sont nécessaires chaque année pour subvenir aux besoins des malades, et pour l’instant, "La Réunion est autosuffisante", insiste Hervé Renard, l’île n’ayant que très rarement besoin d’avoir recours aux stocks métropolitains. "Mais il nous faut sans cesse trouver de nouveau donneurs, pour remplacer les donneurs qui partent à la "retraite du don", après 70 ans", explique-t-il. Actuellement, l’EFS dispose d’un fichier de 17 000 donneurs alors que les donneurs potentiels, si l’on exclut les enfants ou les malades, "on pourrait facilement arriver à 400 000 donneurs potentiels", estime Hervé Renard.



Pour Hervé Renard, si le pourcentage de donneurs reste faible au regard de la population réunionnaise, c’est d’abord parce que "les gens ne pensent pas à donner leur sang", ensuite "parce qu’ils ont peur de la piqûre, du sang qui coule ou de choses irrationnelles". A cette deuxième catégorie de personnes, Hervé Renard conseille de "venir voir comment se passe une collecte", sans forcément donner leur sang, pour recontrer le personnel de l’EFS, ou encore les autres donneurs.

 

Qui peut donner son sang ?

Pour donner, il faut avoir entre 18 et 70 ans, être en bonne santé et peser plus de 50 kilos. La notion de "bonne santé" étant assez vague et les contrindications précises, Hervé Renard rappelle qu’il est possible de vérifier si l’on peut donner son sang par un simple coup de fil à un médecin, en appelant le 0262905381, à La Réunion.



Par ailleurs, nouveauté en 2016 : le fait pour un homme d’avoir eu des relations sexuelles avec un autre homme ne fait maintenant plus partie des contrindications, même si

2016, marquée par l’attentat de Nice et la grippe à La Réunion

A l’EFS, 2016 aura également été marquée par l’attentat de Nice. "L’effet attentat est toujours difficile à gérer, puisque les gens se précipitent dans les minutes qui suivent l’événement alors que ce n’est pas à ce moment-là que les besoins sont les plus importants", déplore Hervé Renard. Du coup, des files se forment, on dit aux gens qu’on n’a pas besoin de leur sang, et c’est autant de donneurs perdus, qui ne reviendront peut-être pas ". Le directeur le rappelle, en cas de catastrophe, mieux vaut attendre quelques jours pour donner et ne pas hésiter à se signaler, donner ses coordonnées à l’EFS, pour être appelé au moment opportun.

 



A La Réunion, l’année qui vient de s’écouler a aussi été marquée par deux épisodes de grippe, mais s’il fallait retenir un événement, Hervé Renard met en avant le succès de la journée mondiale du don : "500 donneurs se sont présentés ce jour-là, dont 106 qui donnaient pour la première fois". Un exploit que le directeur de l’EFS Réunion espère bien reproduire en 2017.

mots clés de l'article : don du sang , EFS , Actus Reunion

à voir également en vidéo

newsletter actu Réunion

le meilleur de l’actualité péi, sélectionnée pour vous : actu, buzz vidéo, sorties ciné…

suivez-nous