Le procès en appel du pompier pyromane Patrice Nirlo débute lundi 20 février

source facebook

L’ex caporal chef des pompiers, Patrick Nirlo, condamné le 5 février 2016 à 12 ans de réclusion criminelle pour le déclenchement de cinq incendies majeurs à La Réunion dont les deux feux du Maïdo de 2010 et 2011, sera jugé en appel, devant la Cour d’assises de Saint-Denis de la Réunion, du 20 au 23 février 2017.

Dans un communiqué, le secrétaire général du parquet général précise qu’au cours de ses audiences des 20, 21, 22 et 23 février 2017, "la Cour d’assises de Saint-Denis de la Réunion jugera, en appel, Monsieur Patrice NIRLO pour avoir :

- Par l’effet d’un incendie ou de tout autre moyen de nature à créer un danger pour les personnes, volontairement détruit des bois, forêts, landes, maquis, plantations ou reboisements d’autrui dans des conditions de nature à exposer les personnes à un dommage corporel ou à créer un dommage irréversible à l’environnement (faits commis à Saint-Paul – MAIDO – le 11 octobre 2010)

- Par l’effet d’un incendie ou de tout autre moyen de nature à créer un danger pour les personnes, volontairement détruit des bois, forêts, landes, maquis, plantations ou reboisements d’autrui dans des conditions de nature à exposer les personnes à un dommage corporel ou à créer un dommage irréversible à l’environnement (faits commis à La Plaine des Cafres – le 13 novembre 2010)

- Par l’effet d’un incendie ou de tout autre moyen de nature à créer un danger pour les personnes, volontairement détruit des bois, forêts, landes, maquis, plantations ou reboisements d’autrui dans des conditions de nature à exposer les personnes à un dommage corporel ou à créer un dommage irréversible à l’environnement (faits commis à Saint-Leu, Saint-Paul et la Possession – le 25 octobre 2011)

- Par l’effet d’un incendie ou de tout autre moyen de nature à créer un danger pour les personnes, volontairement détruit des bois, forêts, landes, maquis, plantations ou reboisements d’autrui dans des conditions de nature à exposer les personnes à un dommage corporel ou à créer un dommage irréversible à l’environnement (faits commis à Sainte-Marie – le 22 juillet 2013)

- Par l’effet d’un incendie ou de tout autre moyen de nature à créer un danger pour les personnes, volontairement détruit des bois, forêts, landes, maquis, plantations ou reboisements d’autrui dans des conditions de nature à exposer les personnes à un dommage corporel ou à créer un dommage irréversible à l’environnement (faits commis à Sainte-Marie – le 15 octobre 2013)"

 

Patrick Nirlo avait fait part de sa décision de faire appel de la condamnation prononcée à son encontre par la cour d’assises le 16 février 2016. 

Décrit comme étant un " bon pompier ", son arrestation a perturbé tous ceux qui le connaissaient. " Je n’arrive toujours pas à m’expliquer ce qui s’est passé ", avait confié sa soeur, Isabelle Nirlo lors du second jour du procès qui parlait de "choc" pour elle et toute sa famille. "J’ai honte de ce que j’ai fait, j’ai trahi les pompiers, j’ai fait du mal à ma famille", avait quant à lui reconnu le pompier incendiaire durant le procès.

Parmi les incendies qu’il a déclenché, ceux du Maïdo ont détruits près de 3 500 hectares de faune et de flore protégés, une catastrophe environnementale dont la réparation prendra plusieurs dizaines d’années.

ch/www.ipreunion.com

 

 

mots clés de l'article : justice , Procès , assises , Incendie , maïdo , Feux , Actus Reunion , Patrick Nirlo

à voir également en vidéo

newsletter actu Réunion

le meilleur de l’actualité péi, sélectionnée pour vous : actu, buzz vidéo, sorties ciné…

suivez-nous