CHU - Barrage filtrant à l’entrée de l’hôpital

photo RB imaz press reunion

Les manifestants du personnel hospitalier l’avaient annoncé vendredi 11 mai : si les représentants de l’État ne confirment pas, par écrit, le maintien d’une table ronde concernant la suppression de l’indexation de leurs primes, le mouvement de grève continuera. C’est ce qui s’est passé lundi 14 mai 2018. Sans information de la part de la préfecture, disent-ils, les grévistes ont cru à une rumeur : ils ont pensé que la fameuse table ronde avait été annulée. Pourtant, la préfecture l’a affirmé : une concertation sera organisée ce mardi à 11 heures. La table ronde réunira les services fiscaux, l’Agence régionale de santé et les syndicats sous l’égide de la préfecture. Mais le personnel hospitalier n’en démord pas : il veut bloquer les entrées de Saint-Denis jusqu’au début de la réunion. Les forces de l’ordre ont pris position tôt ce mardi matin devant le centre hospitalier universitaire (CHU) de Saint-Denis. Les grévistes ont commencé à se rassembler devant le CHU à partir de 6h. Ils ont installé un barrage filtrant à l’entrée de l’hôpital. La circulation est fluide pour le moment dans le secteur

Le mouvement initié vendredi dernier devant l’agence régionale de santé de l’Océan Indien continue et se durcit donc.

Lire aussi => [LIVE/VIDÉOS/PHOTOS] Les manifestants ont obtenu gain de cause - L’indexation des primes est maintenue

Il a d’abord repris dans la matinée de ce lundi 14 mai, devant le CHU de Saint-Denis. Dès 8h, des manifestants se sont rassemblés pour distribuer des tracts. Dans l’attente d’une table ronde qui devait être organisée par la préfecture et réunir les représentants syndicaux, la direction des finances publiques et l’agence régionale de santé, les militants manifestaient dans le calme. 

Puis au fil des heures, durant la matinée, leur colère s’est amplifiée. Sans information, disent-ils, de la part de la préfecture concernant cette fameuse table ronde, les grévistes ont décidé de se diriger sur le pont Vinh San pour bloquer la route et maintenir la pression. Regardez : 

 




 

La colère des automobilistes

Ce blocage du pont Vinh San qui a provoqué, dès le milieu d’après-midi, d’énormes embouteillages sur la route du littoral et dans le centre-ville de Saint-Denis. Ces bouchons ont provoqué la colère de nombreux automobilistes

Sur les réseaux sociaux et sur les les ondes des radio les usagers de la route laissaient éclater leur mécontentement. "Qu’ils aillent bloquer la préfecture ou l’ARS", "qu’ils aillent discuter avec leur patron", "je dois aller récupérer mes enfants, je ne peux pas le faire", "je vais rater mon avion", "ma fille à de la fière et je ne peux pas l’amener à l’hôpital" sont quelqu’unes des réflexions lancées par des automobilistes exaspérés par de longues heures d’attente sous le soleil et - pour beaucoup d’entre-eux -, sous la falaise menaçante de la route du littoral.

 



 

Beaucoup d’usagers de la routes se demandaient aussi pourquoi il n’a pas été donné ordre aux forces de l’ordre de dégager le barrage sur le pont Vinh San

"De gros blocages" à prévoir ce mardi

Sans document écrit de la part de la préfecture, les manifestants menacent de durcir le mouvement : "on veut que une lettre d’engagement déclarant que la table ronde promis par le sous-préfet aura bien lieu. Sans celà, de gros blocages devraient être à prévoir ce mardi". 

Selon un représentant syndical, une réunion de travail s’est tenue au sein de la préfecture ce lundi. Une réunion à laquelle les syndicats n’ont pas été invités. "Ce sont les informations que nous avons mais elles ne sont pas officielles indique le syndicaliste. La préfecture ne nous dit rien." Ce mardi, dans la matinée, une seconde réunion de travail devrait avoir lieu pour permettre la tenue d’une table ronde avec les représentants syndicaux, au plus tard, mercredi.

Du côté de la préfecture, on indique mardi en fin d’après-midi l’informaiton suivante : "vendredi dernier, le sous-préfet à la cohésion sociale et à la jeunesse a indiqué aux manifestants qu’une table ronde allait se tenir en début de semaine. Il n’a pas indiqué de date précise". Persuadés qu’elle allait être organisée ce lundi, les manifestants ont pensé que cette concertation avait été annulée. "Mais il y aura une table ronde, mercredi, dernier délai assure la préfecture. Elle n’a pas été annulée". Finalement cette tabele ronde a été programmée pour 11h ce mardi

"Si on ne dérange pas, on n’est pas entendu"

Malgré ces informations, les représentants syndicaux ne relâchent pas la pression. "Demain matin, on sera encore là et on demande à ce qu’il y ait des blocages sur toute l’île affirmaient-ils mardi soir. Aujourd’hui (lundi), ce n’est qu’un coup de semonce". Quid des perturbations provoquées pour les usagers de la route ? "Ce qui est malheureux c’est que si on ne dérange pas, on n’est pas entendu". Alors, selon lui, bloquer la préfecture ne serait pas la solution. "Il faut qu’on dérange pour être entendu" insiste le syndicaliste.

Reste à convaincre du bien fondé de cet argumentaire les milliers d’automobilistes ne comprennant pas leur implication forcée dans un un conflit auquel ils sont totalement étrangers...

sw/rb/mb/

mots clés de l'article : mobilisation , manifestation , syndicats , préfecture , primes , La Réunion , agence régionale de santé , chu , BOUCHONS , embouteillages , indexation , grève , Actus réunion , Actus Reunion

à voir également en vidéo

suivez-nous