La sucrerie de Bois-Rouge toujours à l’arrêt

Photos : RB Imaz Press Réunion

Ce jeudi 8 décembre 2017, une quarantaine de planteurs s’est rassemblée devant l’usine sucrière de Bois-Rouge, toujours à l’arrêt. Les salariés de la sucrerie demandaient eux une revalorisation de leur prime d’intéressement. Les agriculteurs sont donc dans l’incapacité de livrer leurs cannes. Les négociations entre l’intersyndicale et la direction sont toujours au point mort.

 

- Ce live est à présent terminé. Merci d’avoir suivi l’actualité avec Imaz Press Réunion. -

16h36 - Les planteurs se dirigent maintenant vers la plate-forme de Beaufonds.

16h09 - Des planteurs commencent à quitter le site tandis que les cannes restent laissées à l’abandon.


Sucrerie de Bois-Rouge - Les cannes laissées à l’abandon pic.twitter.com/k5zO2Icdba
— Imaz Press Réunion (@ipreunion) 7 décembre 2017


16h07 - "Depuis le début de l’année, nou subi cette attitude de Tereos" déplore Bruno Robert, président des JA (Jeunes Agriculteurs).


Sucrerie de Bois-Rouge bloquée - "Il faudra passer à l’action" Bruno Robert #JA pic.twitter.com/PA70siS7Pr
— Imaz Press Réunion (@ipreunion) 7 décembre 2017


 

15h59 - Les planteurs ont prévu de se réunir ce jeudi à Beaufonds pour faire un point sur la situation. La négociation à l’Inspection du Travail se déroulera ce vendredi à 8h30 du côté de la Dieccte. Il faudra attendre cette réunion pour espérer une sortie de crise.

15h45 - La réunion de médiation doit se dérouler ce vendredi à Saint-Denis à 8h30 entre Tereos et ses salariés. Les planteurs s’attendaient à un point d’étape des négociations, d’où leur ultimatum prévu d’expirer à 16 heures. Et le directeur de la sucrerie a quitté les lieux par une porte dérobée. Les planteurs ne digèrent pas cette sortie.

15h40 - La tension est palpable dans les rangs des planteurs. "Nou lé vendeur nou, li li achèt nout canne !" s’énerve l’un d’entre eux.


Sucrerie de Bois-Rouge à l’arrêt - Les planteurs sous tension pic.twitter.com/mZWO8vd7JC
— Imaz Press Réunion (@ipreunion) 7 décembre 2017


 

15h25 - "Nous sommes très fatigués cette année, dans un état de stress. Pour un agriculteur qui a travaillé un an, laisser des cannes sur pieds, c’est pas pensable..." craint Isidore Laravine de la CGPER. Il estime que des débordements pourraient survenir si Tereos ne trouve pas une solution avec ses salariés. Selon ses dires, la préfecture tenterait d’envoyer sur place un médiateur dès aujourd’hui.


"Pour un agriculteur qui a travaillé un an, laisser des cannes sur pieds, c’est pas pensable" Isidore Laravine #CGPER pic.twitter.com/oV94eSAfQ2
— Imaz Press Réunion (@ipreunion) 7 décembre 2017


 

15h15 - La fin de l’ultimatum lancé par les planteurs est prévue à 16 heures ce jeudi. Les planteurs présent sur le site lancent un appel pour grossir leurs rangs.

15h10 - Une équipe d’agents de sécurité renforcée par des effectifs de police est postée devant l’entrée des bureaux des Tereos.

15h00 - "On pousse pour terminer cette campagne. Si on ne livre pas la canne, comment on va faire ?" déplore Dominique Clain, planteur de la CGPER.

 


Sucrerie de Bois-Rouge à l’arrêt - Dominique Clain, planteur de la #CGPER explique leur action pic.twitter.com/pk09KNzxUp
— Imaz Press Réunion (@ipreunion) 7 décembre 2017


 

- Ce qu’il se passe à Bois-Rouge -

Depuis maintenant trois jours, la sucrerie de Bois-Rouge et à l’arrêt. Les salariés ont cessé le travail et leurs négociations avec la direction se sont soldées par un échec. Conséquence : les planteurs sont dans l’incapacité de livrer leurs cannes. Ce jeudi, c’est une quarantaine d’entre eux qui a pris ses quartiers devant le siège de la direction pour lancer un ultimatum à Tereos. La société a proposé une médiation, prévue ce lundi. Les agriculteurs refusent d’attendre jusque là.

à voir également en vidéo

newsletter actu Réunion

le meilleur de l’actualité péi, sélectionnée pour vous : actu, buzz vidéo, sorties ciné…

suivez-nous