Grand Raid 2001 : "Pascal Parny faisait figure de météorite"

photo RB imaz press renion

Le Grand Raid se tient cette année du 19 au 22 octobre 2017. La rétrospective de la Diagonale des Fous, couverte en images par Imaz Press Réunion depuis 2000, année de la création de l’agence de presse, continue. Nous poursuivons cette séquence avec Stéphane André, président de l’agence Ilop, en charge de la communication de la course. Il évoque notamment la victoire de Pascal Parny.

 

Il s’agit du dernier réunionnais vainqueur en 2008. Il y a seize ans, le coureur s’imposait déjà sur le parcours long de 125 kilomètres. La course s’élançait de Langevin à Saint-Joseph. Le premier des 2758 concurrents arrivait à Saint-Denis au bout de 16 heures et une minute devant Charles-André Fontaine. Le sportif succédait aux deux vainqueurs de 2000 : Thierry Técher et Gilles Diehl.

Corinne Favre emportait cette neuvième édition chez les féminines. Stéphane André se replonge dans ses souvenirs de 2001. Son agence commençait à s’occuper de la communication autour de l’événement. La société reprenait la gestion des partenariats et de la presse.

"Les très bons traileurs locaux ou extérieurs n’étaient pas légion. Il n’y avait pas de grandes stars mondiales comme François D’Haene ou Kilian Jornet. Ça restait un sport relativement confidentiel. Dans cet univers, Pascal Parny faisait figure de météorite. C’était un excellent coureur qui a peut-être été le meilleur coureur réunionnais de tous les temps", lance-t-il.

Lire aussi : Pascal Parny grand vainqueur

Dans les années 2000, les Réunionnais spécialistes de la montagne s’imposaient régulièrement. Les Thierry Técher, Charles Fontaine, Richeville Esparon, Pascal Parny... Le basculement intervenait avec la participation des phénomènes du trail mondial à la course péi.

"Nos coureurs sont toujours très bons mais ne sont pas forcément extrêmement rapides. Pourquoi pas un Réunionnais vainqueur ? Freddy Thévenin, Gilsey Félicité, Marcelle Puy ou une autre chez les féminines ? J’espère qu’on s’en sortira cette année mais ça risque d’être très difficile avec l’arrivée de nouveaux coureurs tous les ans", ajoute-t-il.

Lire aussi : Grand Raid : la course que les Réunionnais ne gagnent plus

Selon lui, la course entrait dans la cour des grands au début des années 2000 avec l’influence grandissante des partenaires dans le trail. De quoi dépasser les 2000 participants et gagner en visibilité médiatique. Le début de l’internationalisation du Grand Raid. Période où l’événement s’affirmait encore un peu plus chaque année.

Stéphane André détaille aussi la patte de cette Diagonale avec un grand nombre de bénévoles toujours présents. Une compétition unique par rapport aux autres.

"Ce qui fait la différence au niveau international, c’est que cette course fédère La Réunion. Elle appartient à tous les Réunionnais. Cette particularité n’existe pas ailleurs." Ultime élément qu’il observe : l’énorme évolution de la pratique du trail entre 2001 et 2017.

Lire aussi : Philippe Rieutord - Grand Raid 2000 : "Il y a trop de grosses machines maintenant"

"L’entraînement n’était pas aussi rationnalisé. Il n’y avait pas tous ces teams et ces clubs. Cela a permis à des gens qui n’avaient aucun rapport avec la montagne et le trail de venir aussi. L’évolution extrêmement forte du running a aussi un côté positif en amenant des gens à ce sport."

ts/

mots clés de l'article : Grand raid

à voir également en vidéo

dossier associé

newsletter actu Réunion

le meilleur de l’actualité péi, sélectionnée pour vous : actu, buzz vidéo, sorties ciné…

suivez-nous