Éruption - Les clients ne se pressent pas chez les hôteliers près du Piton

photo imaz press

Pour le 1er semestre 2017, l’Observatoire du tourisme de La Réunion enregistre un nombre record de touristes (218.316), qui n’avait pas été atteint depuis 2012. Pitons, cirques, remparts et volcan, attirent les visiteurs sur les sentiers, mais pas dans les hôtels, notamment ceux situés au plus près du Piton de la Fournaise, en éruption pour la troisième fois cette année. En effet, les professionnels du secteur enregistrent, contre toute attente, une forte de baisse de fréquentation depuis le début du phénomène le 14 juillet dernier.

Au vu du nombre de véhicules garés sur le parking du Pas de Bellecombe, aucun doute n’est permis quant au succès suscité par la troisième éruption annuelle du Piton de la Fournaise, débutée le 14 juillet dernier. Afin d’admirer pleinement le phénomène, les Réunionnais et les touristes préfèrent s’y rendre de nuit, au grand dam des hôtels et restaurants du secteur.

En effet, depuis le début de l’activité du volcan et lors de chaque éruption, la même histoire se répète pour les professionnels. Le Gîte du volcan par exemple, d’habitude très sollicité par les amateurs de randonnée, connaît une "baisse d’activité proche des 40%" depuis l’apparition des premières lueurs de lave, selon la gérante de l’établissement. "Les gens annulent leur nuit et préfèrent partir voir l’éruption. Ils ne prennent pas de repas non plus. Mais nous avons l’habitude, on sait que ça peut arriver plusieurs fois par an alors on s’adapte", souffle-t-elle.

Même conséquence chez les hôteliers de la Plaine des Cafres, secteur pourtant proche du volcan. En aucun cas, l’éruption n’a fait exploser les réservations. Pour l’hôtel-restaurant le Grillanoo par exemple, le phénomène ne change rien à son activité. "Chez nous, les réservations sont prises depuis longtemps via internet, l’éruption n’a rien changé (...) Nous avons un peu de monde le week-end, mais c’est très faible durant la semaine" confie la gérante, Laurence. Pire, "mon mari échange avec d’autres restaurateurs, qui constatent que leurs salles sont désertes" continue la professionnelle, qui admet malgré tout travailler avec davantage de touristes que de personnes résidant à La Réunion.

Si les touristes sont bien là, peut-être ne choisissent-ils pas un monde d’hébergement marchand, même au plus près du volcan. A noter que seule la compagnie Corsair a remarqué une affluence légèrement plus élevée sur ses vols pour La Réunion, en période d’activité volcanique. La troisième éruption de l’année 2017, tombant en pleines vacances scolaires, n’explique donc pas les réservations prises en amont.

Selon le dernier bilan de l’Observatoire du tourisme pour le premier semestre 2017, La Réunion a accueilli 218 316 touristes. 51,6% d’entre-eux sont hébergés chez leur famille ou amis, 24,2% choisissent de séjourner à l’hôtel, 16% penchent pour les locations saisonnières. Une piste qui pourrait expliquer ce manque d’activité sur le site du volcan.

jm/www.ipreunion.com

 

mots clés de l'article : Volcan

à voir également en vidéo

dossier associé

newsletter actu Réunion

le meilleur de l’actualité péi, sélectionnée pour vous : actu, buzz vidéo, sorties ciné…

suivez-nous