Déchets : la réduction par l’éducation

photo imaz press reunion

La Réunion est-elle sale ? Entre manque de poubelles sur les sites naturels et changement de comportement vis-à-vis de la pollution et des déchets, La Réunion ne tardera plus à saturer sous les ordures, si la réduction à la source n’est pas appliquée. Après les fêtes de fin d’année, lagons et ravines ont eu leur lot de pétards et de déchets en tout genre. Des dépôts, perpétrés tout au long de l’année.

Plusieurs collectifs et associations tentent des actions pour sensibiliser à la protection de l’environnement. Les collectivtés et notamment les intercommunalités, concentrent leurs plans de proximité pour prodiguer les bons gestes. Concours de la plus belle poubelle, décoration des bornes à vers, distribution de cendriers de plage, quelques moyens sont mis en place pour tenter de changer les mentalités. TCO, Civis, Cinor et Casud assurent également de ramassage des ordures ménagères. Et les premiers maillons de la chaîne vers le recyclage sont les usagers eux-même.

Et ce sont justement ces mauvais comportements qui ont été épinglés par les dionysiens interrogés ce vendredi 6 janvier, dans les rues du chef-lieu. En effet, nombreux ont été ceux témoignant des sites laissés jonchés de déchets après les pique-niques ou campements de pleine nature. Lagon, ravines et sites naturels ne sont pas épargnés par toutes sortes de dépôts sauvages, malgré les interdictions.



A la question "La Réunion est-elle, selon vous, plutôt propre ou plutôt sale ?", la majorité des réponses penche en effet vers la seconde proposition. Pourtant, il serait "simple" de faire le tri de ses déchets pour les recycler, selon ce serveur d’une brasserie dionysienne. Ce dernier, interogé sur le chemin vers la borne à verre, propose la création d’évènements Facebook, pour que fêtards s’équipent de sacs poubelles. 



A La Réunion, seule une légère partie des déchets collectés est recyclée. Le reste est enfoui sur les sites de Saint-Louis ou de Sainte-Suzanne, qui ne tarderont plus à saturer. Comme alternative, la Région Réunion mise sur l’installations d’Unités de valorisation énergétique dans le cadre de la loi de transition énergétique pour la croissance verte. Ces UVE, qui sont en réalité des incinérateurs à déchets, ont rencontré une vive opposition des collectifs Zéro déchet et Nuit Debout, qui évoquaient de leur côté une installation "dévastatrice" pour l’environnement.

Les organismes régionaux tels que l’Ademe, proposent eux-aussi des solutions pour réduire les déchets par personne personne. En 2012 déjà, un réunionnais produisait plus de 600 kilos d’ordures ménagères par an. Derrière l’enjeu du traitement des déchets se cache celui de l’économie d’énergie et de la préservation de l’environnement, soit le combat contre le réchauffement climatique. Combat qui commence en choisissant un mode de consommation responsable, utilisant moins d’emballages par exemple.

mots clés de l'article : déchets , pollution , La Réunion , dépôts sauvages , actualités , Actus Reunion

à voir également en vidéo

newsletter actu Réunion

le meilleur de l’actualité péi, sélectionnée pour vous : actu, buzz vidéo, sorties ciné…

suivez-nous