Cinékour, sensibiliser au cinéma par le court-métrage

Pjhoto sjb/www.ipreunion.com

L’association Cinékour organise le festival national du court-métrage à La Réunion. Jusqu’au 24 mars, le public est invité à découvrir la créativité des jeunes cinéastes réunionnais. Pour Elsa Dahmani, cinéaste et organisatrice de l’éévénement, l’objectif est de sensibiliser les Réunionnais au cinéma et de dire aux jeunes qu’avec le court-métrage "on peut raconter des choses et que leur quotidien c’est déjà une aventure". Les projections sont libres d’accès et gratuites à la Cité des arts mais aussi dans les salles de Saint-Denis, Saint-Benoît, Saint-Pierre et Saint-Leu.

Cette année, la fête du court-métrage a pris ses quartiers à la Cité des arts. Cinékour, l’association porteuse du festival dans notre île, a invité pour l’occasion des professionnels du court pour soutenir la création à La Réunion. Elsa Dahmani, de l’association Cinékour, cinéaste et organisatrice du festival confie " on organise ce festival pour soutenir la création à La Réunion".

Des professionnels du court-métrage étaient présents pour selon elle "sensibiliser les créatifs aux réalités du cinéma car le court-métrage c’est déjà du cinéma". Et à la question "comment devient-on cinéaste ?", elle répond "ça vient d’une passion, d’un choc souvent qu’on a en regardant un film ". À La Réunion, beaucoup de cinéastes seraient autodidactes, mais certains vont plus loin " de plus en plus de cinéaste font de grandes écoles et des formations. Pour réussir il faut aussi savoir s’entourer".

Christophe Taudière, responsable du court-métrage à France Télévision était présent pour cette première à La Réunion. "France Télévision suit depuis quatre ans les jeunes talents sur ce modèle dans l’idée d’être une tête chercheuse pour dénicher des jeunes talents qui n’ont pas forcément de réseau pour se faire connaître". Le réseau, est un atout indispensable pour réaliser ses premières productions. Elsa Dahmani, l’organisatrice du festival confie "il faut savoir s’entourer, un film ne se fait pas tout seul". Créer du réseau, c’est l’un des rôles de l’association Cinékour. L’association pousse les cinéastes péi à rencontrer des producteurs. Elle assure le rôle de lien entre Paris, le Pôle incontournable de la création cinématographique et les jeunes talents réunionnais. Elle poursuit " pour se lancer dans le cinéma il faut oser ".

Certains talents connaissent un certain succès au niveau local, notamment Dkpit J,mais pour percer sur le plan national c’est une autre histoire. Selon Elsa Dahmani "percer à La Réunion c’est possible, on en connaît quelques uns, notamment Dkpit qui va sortir un nouveau court, mais percer au niveau national, pour l’instant ce n’est pas le cas".
L’association encourage les créatifs à se lancer "c’est important que les gens pour qu’ils comprennent qu’ils peuvent raconter des choses, raconter leur quotidien et que c’est de vraies aventures, ce qui se passe dans leur quotidien, dans les quartiers".

Et le public réunionnais répond présent. En dehors du festival, l’association organise souvent des projections de court-métrages gratuits et "les salles sont toujours remplies", assure Elsa.

Les Réunionnais ont jusqu’au 24 mars pour profiter du festival.

sjb/

mots clés de l'article : cité des arts , Culture , elsa dahmani , Actus Reunion , Cinékour , fête du court-métrage

à voir également en vidéo

suivez-nous