Remontée contre le Brexit, la jeunesse britannique chamboule les élections

© AFP - Daniel LEAL-OLIVAS

La mobilisation de la jeunesse britannique, bien décidée à réagir après le vote en faveur d’un Brexit dont elle ne voulait pas, a joué un rôle clef pour déposséder la Première ministre Theresa May de sa majorité absolue au Parlement.

Revigorés par la campagne du trublion Jeremy Corbyn, patron du Labour, ou puisant dans leur colère face à l’incertitude causée par le futur divorce avec l’Union européenne, les jeunes électeurs se sont précipités aux urnes.

Selon John Curtice, de l’Université de Strathclyde, cette mobilisation en faveur du Labour des opposants au Brexit et des jeunes électeurs "explique pourquoi les conservateurs ont perdu leur majorité absolue".

Environ 56% des moins de 35 ans se sont déplacés jeudi pour élire leur député, selon un sondage publié par le magazine musical NME, qui a récemment consacré sa une au leader de l’opposition travailliste.

Et ils se sont prononcés à 60% pour le Labour, alors qu’un tiers d’entre eux votaient pour la première fois, selon ce sondage sortie des urnes réalisé auprès de 1.354 votants.

La moitié d’entre eux ont cité le Brexit comme "la principale raison" de leur vote.

En amont du scrutin, une poussé des inscriptions de jeunes électeurs sur les listes avait été enregistrée.

- Hors du moule -

Corbyn, 68 ans et résolument à gauche, a su comprendre le ressentiment populaire contre l’élite du pays, emportant une trentaine de sièges supplémentaires au Parlement.

"La politique ne sera plus comme avant", a-t-il promis sous les hourras de ses supporteurs au moment où tombaient les premiers résultats.

Seuls 45% des électeurs britanniques âgés de 18 à 34 ans s’étaient avaient fait le déplacement en 2015, contre 84% des plus de 55 ans, la différence la plus importante dans un pays occidental selon l’OCDE.

Un an plus tard, le vote en faveur du Brexit était attribué à la faible participation de la jeunesse.

Corbyn a su s’affirmer comme une alternative à la politique traditionnelle, imposant dans sa campagne une ambiance digne de festivals de musique pop.

Son idéalisme, son charisme, une présence sur les médias sociaux savamment gérée, et le soutien de célébrités comme la chanteuse Lily Allen ou l’humoriste Ricky Gervais, sont autant d’éléments qui ont participé à la "Corbynmania".

- Revanche -

Il a dans son programme ciblé la jeunesse en promettant de supprimer les frais d’université, d’abaisser l’âge du droit de vote ou encore d’améliorer les droits des stagiaires.

Comparé au sénateur américain et candidat malheureux à la primaire démocrate de 2016 Bernie Sanders, sa capacité à mobiliser la jeunesse rappelle aussi celle de Jean-Luc Mélenchon en France et de ses "insoumis", qui a hissé son mouvement en quatrième position au premier tour de l’élection présidentielle.

La commentatrice politique Rhiannon Lucy Cosslett estime dans le quotidien The Guardian que "Jeremy Corbyn plaît à une génération de jeunes gens qui n’ont jamais connu d’homme politique honnête".

Le Daily Mirror, pro-Labour, a jugé de son côté que le vote de jeudi était "une revanche", ajoutant que le Brexit "dur" prôné par Theresa May n’était désormais plus une option.

"Je pensais que Theresa May allait gagner. J’avais entendu beaucoup de gens dire qu’il allaient voter pour elle ", dit à l’AFP Jemma Bell, 23 ans, une habitante de Wakefield, dans le nord de l’Angleterre. "Je connais des tas de gens qui n’ont pas voté l’an dernier (sur le Brexit, ndlr), mais ils ont réalisé qu’on pourrait foirer s’ils n’y allaient pas cette fois".

mots clés de l'article : élections , UE , Brexit , GB

à voir également en vidéo

newsletter actu Réunion

le meilleur de l’actualité péi, sélectionnée pour vous : actu, buzz vidéo, sorties ciné…

suivez-nous