Pérou : mandat d’arrêt international contre l’ex-président Toledo

© AFP/Archives - Mandel Ngan

La justice péruvienne a ordonné jeudi l’arrestation et la détention provisoire de l’ancien président Alejandro Toledo, accusé d’avoir touché des millions de dollars du géant du BTP brésilien Odebrecht contre l’attribution d’un marché public.

Le juge Richard Concepcion, chargé de l’affaire, a émis un mandat d’arrêt national et international contre l’ancien chef de l’Etat (2001-2006), qui se trouve actuellement à l’étranger, et a demandé sa "localisation immédiate, son arrestation et sa détention provisoire" pour 18 mois.

M. Toledo était en déplacement ces derniers jours en France, d’après les publications sur Facebook de son épouse et selon le parquet, qui a perquisitionné son domicile à Lima. L’endroit exact où il se trouve actuellement reste cependant inconnu.

Son avocat Heriberto Benitez a d’ores et déjà annoncé qu’il interjetterait appel de la décision, contestant la demande de détention provisoire.

D’après l’accusation, le groupe brésilien de travaux publics Odebrecht, impliqué dans le méga-scandale de corruption autour du géant pétrolier brésilien Petrobras, aurait versé 20 millions de dollars de dessous-de-table à l’ancien chef de l’Etat pour remporter l’appel d’offres pour la construction d’un axe routier majeur reliant le Pérou au Brésil.

Selon le juge Concepcion, "il existe une forte probabilité" pour que M. Toledo ait touché des pots-de-vin.

Le parquet se fonde sur les confessions du représentant de l’époque d’Odebrecht au Pérou, Jorge Barata, qui a conclu un accord avec la justice péruvienne : selon lui, la somme, versée en plusieurs fois, avait transité sur le compte bancaire offshore d’un ami de M. Toledo.

mots clés de l'article : justice , politique , corruption , Pérou

à voir également en vidéo

newsletter actu Réunion

le meilleur de l’actualité péi, sélectionnée pour vous : actu, buzz vidéo, sorties ciné…

suivez-nous