Irak et Syrie : 54 nouveaux civils tués, selon la coalition anti-EI

© AFP - George OURFALIAN

La coalition internationale contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) menée par les Etats-Unis a reconnu jeudi 54 nouvelles victimes civiles dans des bombardements en Syrie et en Irak entre mars et octobre.

La coalition reconnaît notamment avoir "probablement" tué 24 civils le 18 juillet près de Minbej en Syrie, dans un bombardement qui a éliminé par ailleurs "près de 100 combattants de l’EI", selon un communiqué du Centcom, le commandement des forces américaines au Moyen-Orient.

La coalition ne reconnaît des victimes civiles qu’après une procédure d’enquête, parfois longue.

La frappe de Minbej est l’une des plus meurtrières pour des civils, selon les informations rendues publiques par le Centcom.

"Jusqu’à 24 civils qui avaient été mêlés à des combattants ont été tués non-intentionnellement" dans un bombardement visant un lieu de rassemblement des combattants "où aucun civil n’avait été vu pendant les dernières 24 heures avant le bombardement", indique le commandement militaire américain.

Quinze civils ont également été tués dans une frappe le 28 juillet près d’Al-Ghandoura en Syrie, selon le Centcom. Dans ce cas-ci, la coalition cherchait à détruire un véhicule en mouvement de l’EI.

Mais "le véhicule a ralenti dans une zone habitée après que la munition ait été tirée", selon le Centcom.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) avait à l’époque estimé que 28 civils, dont sept enfants, avaient été tués dans le bombardement.

Cette dernière annonce porte à 173 le nombre total de victimes civiles reconnues par la coalition depuis le début de ses frappes en Syrie et en Irak en août 2014, selon le Centcom.

La coalition est accusée de sous-estimer le nombre de victimes civiles de ses bombardements.

L’ONG Airwars basée à Londres estime ainsi que les bombes de la coalition ont tué en réalité plus de 1.900 civils en Irak et Syrie depuis le début des frappes, il y a plus de deux ans.

Mardi, la coalition avait également reconnu avoir tué par erreur des combattants du régime syrien confondus avec des jihadistes, le 17 septembre près de Deir Ezzor (est de la Syrie).

mots clés de l'article : USA , Irak , conflit , Syrie , civils , jihadistes

à voir également en vidéo

dossier associé

newsletter actu Réunion

le meilleur de l’actualité péi, sélectionnée pour vous : actu, buzz vidéo, sorties ciné…

suivez-nous