Brexit : Rajoy veut rassurer les Britanniques résidant en Espagne

© AFP - GERARD JULIEN

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy s’est dit convaincu de parvenir rapidement à un accord pour assurer les droits des résidents britanniques en Espagne et des Espagnols au Royaume-Uni après le Brexit.

"Je suis absolument convaincu que nous parviendrons à un accord pour que ces gens ne soient pas affectés par ces décisions politiques", a-t-il déclaré dans une interview cette semaine à l’AFP.

Il a rappelé l’importance du tourisme britannique pour l’Espagne, premier pays d’origine des touristes devant la France et l’Allemagne. "L’an dernier 17 millions de Britanniques sont venus en Espagne et nous voulons que ça continue. Ca leur plait et à nous aussi".

"Il y a aussi beaucoup de Britanniques vivant en Espagne, beaucoup plus que d’Espagnols au Royaume-Uni. J’espère, a-t-il dit, que nous pourrons bientôt leur dire : Soyez tranquilles, rien ne va changer pour les Espagnols au Royaume-Uni ni pour les Britanniques en Espagne".

Il a précisé que ces négociations commenceraient après le Conseil européen qui suivra la déclaration formelle du gouvernement britannique de son intention de quitter l’Union européenne, attendue en mars.

L’Espagne compte la première communauté britannique expatriée d’Europe, estimée jusqu’à un million de personnes. Beaucoup d’entre elles sont des retraités profitant de la clémence du climat, qui s’inquiètent de la perte possible de leur couverture médicale.

En tant que ressortissants européens, ils sont soignés dans les hôpitaux espagnols et l’Etat britannique rembourse ensuite l’Espagne. La perte de ces privilèges et la chute de la livre les inquiète.

Début février, une coalition de Britanniques résidant en Allemagne, en France, en Belgique, en Italie et en Espagne s’est créée pour demander la protection de leurs droits dans leur pays de résidence après le Brexit.

M. Rajoy a par ailleurs annoncé qu’une fois le Royaume-Uni sorti d’Europe, l’Espagne négocierait avec Londres le statut de Gibraltar, un territoire qu’elle a cédé en 1713 et revendique. "Ce que nous allons demander c’est que toutes les décisions qui affectent Gibraltar soient prises de façon bilatérale entre le Royaume-Uni et l’Espagne".

Madrid a proposé récemment d’accorder la double nationalité aux habitants de Gibraltar en échange d’un partage de souveraineté sur ce rocher stratégique qui commande le détroit de Gibraltar. "Je crois que notre proposition de souveraineté partagée est très raisonnable", a-t-il dit.

Londres et le gouvernement de Gibraltar ont rejeté cette proposition.

mots clés de l'article : politique , diplomatie , Espagne , GB

à voir également en vidéo

newsletter actu Réunion

le meilleur de l’actualité péi, sélectionnée pour vous : actu, buzz vidéo, sorties ciné…

suivez-nous