Syrie : les compagnies aériennes alertées sur de possibles frappes

© AFP/Archives - MANOOCHER DEGHATI

Des compagnies aériennes desservant les pays de l’est du bassin méditerranéen ont ajusté leurs plans de vols après une mise en garde mardi de l’agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) sur de possibles frappes sur la Syrie, ont-elles indiqué mercredi.

"La France va suivre la consigne EASA de recommander à nos transporteurs français de ne pas voler dans les prochaines 72 heures dans le nord de la FIR/Nicosie" (la zone de contrôle aérien (FIR) Méditerranée orientale/Nicosie, ndlr), a indiqué à l’AFP un porte-parole de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC).

Air France a d’ores et déjà ajusté ses plans de vol. "Air France a pris en compte l’information de l’EASA et ajusté ses plans de vol sur les lignes concernées, principalement Beyrouth et Tel-Aviv", a indiqué la compagnie française. "La Direction de la sûreté de la compagnie suit de près l’évolution des événements", a-t-elle ajouté.

La compagnie libanaise Middle East Airlines (MEA) a également "changé les plans de vols des avions à destination de Beyrouth à partir de ce soir (mercredi)", a indiqué un responsable à l’aéroport libanais à l’AFP. "La décision concerne à partir de jeudi tous les vols à l’arrivée et au départ, à la suite de la mise en garde de l’EASA", a-t-il précisé.

Les vols en provenance du Golfe seront particulièrement affectés et enregistreront des retards de 30 à 40 minutes, au lieu de survoler le nord de la Syrie, ils passeront au dessus du Sinaï égyptien, selon lui.

Un porte-parole de l’EASA a indiqué à l’AFP que l’agence avait "informé hier (mardi) les États membres de l’EASA et Eurocontrol" (l’Organisation européenne pour la Sécurité de la Navigation aérienne, NDLR) de la possibilité "de frappes aériennes sur la Syrie avec des missiles air-terre et/ou de croisière dans les 72 heures à venir, à partir d’hier, et de possibles perturbations par intermittence du fonctionnement de l’équipement de radionavigation".

Par conséquent, l’organisation a invité les compagnies à prendre ces éléments "en considération pour l’élaboration des plans de vols pour l’est du bassin méditerranéen, dans la zone de contrôle aérien (FIR) Méditerranée orientale/Nicosie", a-t-il ajouté.

Les Occidentaux, Washington en tête, ont fait planer la menace d’une riposte militaire imminente contre le régime de Bachar al-Assad après une attaque chimique présumée dans le bastion rebelle de Douma près de Damas, imputée au régime, qui dément toute responsabilité.

mots clés de l'article : tourisme , transport , aviation , conflit , entreprises , voyagistes

à voir également en vidéo

suivez-nous