Pierre Bellemare : et maintenant il chante !

© AFP/Archives - JOEL SAGET

Le temps d’un disque, la voix du "monsieur qui raconte des histoires" horribles, est devenue celle d’un chanteur "romantique". A 87 ans, l’animateur vedette Pierre Bellemare reprend des titres de Vian, Reggiani et Mouloudji, fredonne l’amour, les joies et les peines.

"J’avais envie de me présenter dans un romantisme que personne ne me connaissait puisque j’étais le monsieur qui racontait des horreurs", confie à l’AFP le présentateur de l’émission "Les enquêtes impossibles", consacrée à des faits divers sanglants.

Pierre Bellemare assure "ne pas du tout avoir travaillé" sa voix pour "Ballades au fil du temps", album composé de onze standards de la chanson française - "Sous le ciel de Paris, "Comme un p’tit coquelicot", "Est-ce ainsi que les hommes vivent", "Un jour tu verras"... - qui sort vendredi.

Sa voix est douce, bien loin des trémolos qu’il réserve aux crimes affreux et mystérieux qu’il raconte régulièrement sur HD1 (TF1).

Loin aussi des canulars de la "Caméra invisible" à laquelle il participe de 1964 à 1971, celui qui chante aujourd’hui "Le déserteur" de Boris Vian, une chanson "politiquement engagée", garde le plaisir de l’anecdote pour expliquer ses choix.

A Paris au moment de la Libération, Pierre Bellemare, âgé de 15 ans et demi, repart en Normandie avec sa famille. "On est arrivés à Caen qui était rasée, j’étais épouvanté et tout ce qui pouvait être contre la guerre était logique".

"Sans un orchestrateur extraordinaire (Léonard Raponi, ndlr) je n’aurais pu faire ce disque", tient à préciser celui qui a participé de 1992 à 2013 à l’émission de radio "Les grosses têtes" au côté de Philippe Bouvard.

- "Puissance instantanée" -

A l’évocation de la chanson "Comme un p’tit Coquelicot", l’histoire d’une rencontre amoureuse, qu’il chante en duo avec une chanteuse, l’homme aux yeux d’un bleu océan, redevient conteur.

"J’ai eu un coup de foudre de 48 heures, la folie totale... La puissance instantanée", mais "qui ne dure pas", précise-t-il. "L’instant où vous tombez dans les yeux d’une femme et ceux de la femme dans les yeux de l’homme et paf."

"On est partis quelques minutes après (notre rencontre, ndlr), on a vécu 48 heures ensemble", s’enflamme l’ex-présentateur de "La Tête et les jambes".

Après le registre de l’amour, Pierre Bellemare passe à celui de la tristesse avec "Le petit Garçon", interprétée par Serge Reggiani et écrite par Jean-Loup Dabadie, "seul parolier membre de l’Académie française".

"La femme qui n’est pas là et le père qui parle à son fils. C’est une très belle situation", dit-il avec émotion.

La sortie de ce disque ne pouvait naître qu’entre deux enregistrements d’émissions à la radio.

"Un jour, j’étais à RTL et j’enregistrais des histoires. Entre deux d’entre elles, je me suis mis à chantonner et le technicien dans la cabine avait laissé le micro ouvert. Il m’a écouté et m’a demandé Pourquoi tu n’as jamais chanté de chansons ?" raconte l’octogénaire moustachu tiré à quatre épingles. "Le technicien avait posé la graine..."

mots clés de l'article : musique , médias , télévision , radio

à voir également en vidéo

newsletter actu Réunion

le meilleur de l’actualité péi, sélectionnée pour vous : actu, buzz vidéo, sorties ciné…

suivez-nous