Pédophilie : un prêtre du diocèse de Rouen mis en examen pour viols

© AFP/Archives - Jacques Demarthon

Un prêtre septuagénaire de Seine-Maritime a été mis en examen jeudi pour viols aggravés de mineurs, a indiqué le parquet, des actes pour lesquels l’archevêque de Rouen a exprimé "tristesse, colère et honte".

Les faits reprochés au père Bernard Lecoquierre, 73 ans, se sont semble-t-il déroulés entre septembre 2007 et fin janvier 2016, notamment pendant qu’il était curé de la paroisse de Notre-Dame-de-Yerville -Plateau de Caux (2009-2015).

Les actes, globalement reconnus par le prêtre, ont été commis sur au moins deux garçons, aujourd’hui des jeunes majeurs.

Selon le vice-procureur Etienne Thieffry, un des deux jeunes a porté plainte courant 2016 au commissariat de police de Rouen, affirmant avoir été victime d’abus sexuels par l’ecclésiastique. Un autre jeune homme a été ensuite identifié.

"L’enquête confiée par la brigade des mineurs de la Sûreté Départementale a permis de corroborer le contexte des faits allégués par la victime et d’identifier un autre jeune majeur qui dénonçait à son tour avoir été victime de tentatives d’agression sexuelle par le même prêtre", a précisé le parquet dans un communiqué.

Interpellé mardi, le prêtre a été placé en garde à vue pendant 48 heures avant de comparaître jeudi devant un juge d’instruction qui l’a mis en examen pour "viols et tentatives de viol aggravés sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité" et pour viols, tentatives de viols et agressions sexuelles.

La peine maximale encourue pour ces faits est une peine de 20 ans de réclusion criminelle.

Le prêtre avait attiré l’attention ces dernières années à Yerville et dans le diocèse car il subissait des actes de harcèlement de la part de jeunes qui commettaient des dégradations dans son presbytère, comme des inscriptions à la bombe à peinture ou la détérioration de tuyauteries.

Ces jeunes se vengeaient-ils d’actes subis par le prêtre plus tôt dans leur enfance ? C’est ce qu’a laissé entendre l’archevêque de Rouen, Mgr Dominique Lebrun, qui a parlé au prêtre à sa sortie de garde à vue.

"Il m’a dit : +je comprends qu’ils détruisaient parce que je les ai détruits", a déclaré Mgr Lebrun au cours d’une conférence de presse. "J’ai un sentiment d’infinie tristesse, de colère et de honte" du fait des actes commis, a admis le prélat. Il a appelé d’autres potentielles victimes à se faire connaître, notamment via la "cellule d’écoute des victimes d’abus sexuels sur mineurs dans l’Eglise" mise en place à Rouen comme dans les autres diocèses en France.

mots clés de l'article : Agression , Enquête , viol , CATHOLIQUE , romain

à voir également en vidéo

newsletter actu Réunion

le meilleur de l’actualité péi, sélectionnée pour vous : actu, buzz vidéo, sorties ciné…

suivez-nous