Ile-de-France : plus de 530.000 vignettes anti-pollution

© AFP/Archives - JEAN-PIERRE CLATOT

Au total, 533.540 vignettes anti-pollution "Crit’Air" pour véhicules commandées : le préfet de police de Paris s’est félicité lundi de la "forte augmentation" des souscriptions en Ile-de-France à ce nouveau dispositif dont les contrôles seront d’abord "pédagogiques".

"Pendant plusieurs semaines, les contrôles de police viseront à expliquer ce dispositif et à faire preuve de pédagogie pour inciter les conducteurs à acheter leur vignette Crit’air", a expliqué le préfet Michel Cadot à la presse.

D’un coût de 4,18 euros, ces vignettes, à coller sur un pare-brise de voiture ou une fourche de moto, seront obligatoires à Paris à partir du 16 janvier. La ministre de l’Environnement Ségolène Royal a demandé aux préfets de généraliser par arrêté les règles de "circulation différenciée" d’ici au 7 avril.

Par opposition à la circulation alternée, elle sera fondée non sur les plaques d’immatriculation mais sur le niveau de pollution homologué des véhicules, identifié par ces pastilles de six couleurs différentes. En cas d’épisode de pollution, et selon sa gravité, les véhicules les plus polluants auront interdiction de circuler.

A Paris, qui devient une zone de circulation restreinte (ZCR) le 16 janvier, seuls les véhicules possédant une vignette Crit’air pourront rouler du lundi au vendredi de 8H à 20H. En cas d’épisode de pollution, à Paris et en petite couronne, seules certaines catégories de vignettes permettront de circuler à Paris et en petite couronne (A86 non comprise).

Le non-respect des restrictions d’une ZCR, l’absence ou l’affichage d’une vignette non correspondante seront sanctionnés par une amende de 68 à 135 euros selon les catégories de véhicule.

Le 5 janvier, la ministre de l’Environnement Ségolène Royal avait annoncé qu’1,4 million de vignettes "Crit’air" avaient été commandées en France. "Près de la moitié ont été commandées en Ile-de-France au 6 janvier", s’est réjoui le préfet Michel Cadot, ajoutant toutefois qu’on estimait à environ 8 millions le nombre de véhicules en circulation en Ile-de-France.

Le préfet a aussi dressé un bilan "positif" des mesures prises pour venir à bout de l’épisode de pollution aux particules fines en Ile-de-France au mois de décembre, tout en disant travailler à une liste de dérogations plus sélective".

"Près de 3.000 verbalisations pour non respect de la circulation alternée ont été dressées et seuls 7 à 10% des véhicules n’auraient pas respecté la mesure", a détaillé le préfet, qui s’est félicité d’"une baisse du trafic automobile de 5 à 10%" lors des jours de mise en œuvre de la circulation alternée.

mots clés de l'article : transports , AUTOMOBILE , police , environnement , pollution

à voir également en vidéo

newsletter actu Réunion

le meilleur de l’actualité péi, sélectionnée pour vous : actu, buzz vidéo, sorties ciné…

suivez-nous