Fermeture de Whirlpool : Cazeneuve signe un plan pour l’Amiénois

© AFP/Archives - NICOLAS TUCAT

Bernard Cazeneuve a signé jeudi un contrat pour "le développement de l’Amiénois" promis après l’annonce de la fermeture de l’usine Whirpool, prévoyant 220 millions d’euros d’investissements d’Etat destinés notamment à financer une ligne ferroviaire, ainsi que 900 formations supplémentaires.

Déclarant vouloir "redonner à Amiens le dynamisme auquel aspirent ses habitants", le Premier ministre a entériné le lancement d’un plan de développement en partenariat avec la région Hauts-de-France, le département de la Somme et la ville d’Amiens.

Pour rendre ce territoire "plus attractif", l’Etat s’engage à hauteur de 220 millions d’euros dans ce projet visant plusieurs secteurs, notamment le développement d’un nouveau tronçon ferré Roissy-Picardie, la mise en place de nouvelles lignes de bus, la rénovation de quartiers et la construction d’une cité administrative.

Dans une interview au Courrier Picard, M. Cazeneuve a également annoncé une aide pour financer "900 formations supplémentaires dans les métiers de la santé, des énergies renouvelables ou du numérique", ainsi qu’une subvention de 10,5 millions d’euros pour des bus à Amiens. Il a aussi confirmé l’ouverture en novembre dans la préfecture de la Somme d’un centre de délivrance de cartes grises, qui doit employer une centaine de personnes.

"L’accessibilité est plus que jamais une condition de développement", a souligné le chef du gouvernement ajoutant que le futur réseau ferré reliant Roissy à la Picardie, qui doit être mis en service en 2024, permettra de "désenclaver Amiens".

Le projet est estimé à "plus de 300 millions d’euros" et sera financé par l’Etat à hauteur de 51,5%.

Selon Matignon, le plan prévoit que l’Etat débourse 160 millions d’euros pour financer le projet de nouvelle ligne ferroviaire Roissy-Picardie, destiné à désenclaver la région en la reliant plus rapidement au réseau TGV. Environ 40 millions d’euros vont également être débloqués pour la rénovation de l’hôpital d’Amiens.

Répondant aux inquiétudes d’élus locaux au sujet des emplois publics, le Premier ministre a assuré que la perte du statut de capitale régionale d’Amiens avait entraîné le transfert "de moins de 1% des effectifs vers Lille".

Pour "conforter son rôle en tant que territoire d’équilibre de la nouvelle région", Bernard Cazeneuve a également posé la première pierre de la futur cité administrative, un pôle qui regroupera "les services publics du XXIe siècle".

Des mesures saluées par le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, qui a cependant prévenu que "le plus concret pour des projets d’avenir, c’est la sécurité et la question de l’emploi" avant de rappeler que "le dossier Whirpool, c’est la priorité".

L’usine Whirlpool qui emploie 290 salariés doit fermer ses portes en 2018. "Le gouvernement veillera à ce que Whirpool tienne ses engagements", a rappelé Bernard Cazeneuve en faisant allusion à la recherche d’un repreneur et ajoutant qu’il "faudra assurer la réindustrialisation".

mots clés de l'article : transports , emploi , politique

à voir également en vidéo

newsletter actu Réunion

le meilleur de l’actualité péi, sélectionnée pour vous : actu, buzz vidéo, sorties ciné…

suivez-nous